La Revue

La théorie de l'attachement constitue-t-elle une trahison de la psychanalyse ?
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°48 - Page 28-31 Auteur(s) : Michel Bader
Article gratuit

Au tournant de ce millénaire, la confrontation entre la psychanalyse et la théorie de l'attachement n'est plus l'enjeu de suprématies paradigmatiques. Nous sommes passés à une étape d'enrichissements respectifs, tout en devant tenir compte des apports et des limites inhérents à chaque modèle. La description de John Bowlby des comportements d'attachement est précieuse pour repérer les lignes directrices du développement socio-affectif d'un sujet depuis sa petite enfance et jusqu'à sa mort. Des recherches actuelles vont dans le sens de cette hypothèse et elles fournissent aussi des données en faveur d'un déterminisme individuel et transgénérationnel lié aux schèmes d'attachement des figures parentales (Fonagy et al. 1991). Bowlby a aussi été un pionnier de l'observation directe du nourrisson dont il mentionne l'importance dans son article de référence sur la nature du lien enfant-mère (1958). Bowlby a aussi apporté une contribution majeure au travail du deuil chez l'enfant et une meilleure compréhension de la dynamique de la séparation et de la perte. Même si la psychanalyse doit s'ouvrir sur des débats pluridisciplinaires, nous devons rester attentifs aux repères identitaires propres à chaque paradigme. Malgré les remises en question actuelles, la psychanalyse reste pour le clinicien un modèle inaliénable qui continue à offrir des voies d'accès précieuses à la compréhension des abysses du psychisme humain. Nous allons centrer notre propos sur les trois piliers théoriques de la métapsychologie que la théorie de l'attachement remet en question : - la révision de la théorie des pulsions - la place de l'objet - la causalité psychique. 1.La révision de la théorie des pulsions La question centrale est celle du rôle des pulsions dans le développement et dans le fonctionnement de l'appareil psychique. Selon la métapsychologie classique, le développement humain est dominé par les poussées pulsionnelles, la sexualité infantile et les conflictualités des pulsions. Bowlby s'intéresse principalement aux liens affectifs et aux comportements d'attachement. Les liens affectifs correspondent aux besoins de protection, de réconfort et de soutien qui se développent durant l'enfance et qui se maintiennent au cours de l'existence. Bien que possédant un soubassement instinctuel, une valeur de survie, les liens d'attachement se différencient fondamentalement de la satisfaction de besoins physiologiques, reflétant des besoins essentiels pour le développement du sujet (Lebovici, 1992). La place centrale accordée aux liens d'attachement amène Bowlby à renoncer à la théorie de l'étayage du désir sur les expériences de satisfaction. Il est à relever que Freud a pris aussi en considération le bagage phylogénique de l'histoire de l'humanité et l'impact des liens précoces dans la constitution de l'appareil psychique. Par ailleurs, Freud a toujours été attentif aux relations entre les soubassements somatiques, instinctuels et pulsionnels du psychisme. Ne pouvant pas développer ce point, nous signalons par exemple la place déterminante du représentant psychique de la pulsion dans la genèse des représentations. Placé aux confins du soma et du psychique, le représentant psychique de la pulsion, investissant une représentation de chose propre à satisfaire la pulsion, place la psychanalyse vers le pôle psychique (Green, 1987). Depuis une vingtaine d'années, la théorie de la genèse des représentations, le fonctionnement mental et les représentations, incluant les représentations de l'affect, ont connu un regain d'intérêts dans les réflexions sur des constellations cliniques (cas-limite, psychosomatique) et sur le processus analytique. Un autre point essentiel concerne la place de la sexualité infantile et des auto-érotismes dans la vie psychique et dans les relations humaines. La théorie de l'attachement déplace la sexualité à l'arrière-plan et elle met en avant les besoins d'attachement et les schèmes d'interactions socio émotionnelles. Mais, la sexualité infantile reste une hypothèse essentielle pour le psychanalyste dans sa compréhension du fonctionnement psychique d'un enfant ou d'un adulte. De plus, la théorie de l'attachement ne prend pas en considération la double nature conflictuelle de la pulsion. Comme le relève Green (1985), le conflit psychique s'inscrit dans un double registre, d'une part les conflits intrapsychiques entre le Moi et les pulsions, et d'autre part le dualisme pulsionnel entre la sexualité et la déliaison. La pratique analytique nous confronte quotidiennement à ces dimensions fondamentales de la vie psychique. 2. La place de l'objet Une autre question centrale concerne la place de l'objet dans la constitution du psychisme. Les travaux de pionniers comme Ferenczi et Balint ont déjà relevé le rôle de l'environnement précoce sur le développement. Parallèlement aux apports d'autres psychanalystes (Spitz, Winnicott, Lebovici), les travaux de Bowlby ont eu une influence essentielle sur la prise en considération des soins de l'enfance dans la mise en place de structures de la petite enfance et sur les thérapies précoces. Les comportements d'attachement ont comme objectif de maintenir la proximité ou l'accessibilité à une figure parentale, au premier plan maternelle, durant le développement précoce. Selon Bowlby et ses élèves, les schèmes d'attachement sont profondément influencés par les figures d'attachement durant les années d'immaturité. Même si certains psychanalystes ont eu tendance à mettre l'objet à l'arrière-plan, les écrits de Freud et de nombreux psychanalystes reconnaissent le rôle très important de l'objet sur le développement du sujet. L'objet est à la fois un facteur essentiel dans la formation de l'appareil psychique et le reflet de l'intégration des pulsions dans le moi (Green 1995). Investi avant d'être perçu (Lebovici 1960), l'objet participe aussi à la constitution d'une structure encadrante pour l'appareil psychique. Les apports de l'école anglaise - Winnicott et Balint au premier plan- et de psychanalystes français - Lebovici, Anzieu et Green - ont mis en évidence le lien indissociable entre la pulsion et l'objet. La clinique des organisations limites nous oblige à porter une attention particulière à l'articulation entre le dehors et le dedans, entre l'objet externe et l'appareil psychique. Aux confins du psychisme et du biologique, la qualité des relations précoces du sujet se trouve au premier plan de la scène analytique. Les intuitions de Winnicott, comme le holding, le handling, l'objet transitionnel ou les empiétements précoces du Self, se rapprochent des descriptions de Bowlby, tout en ayant une portée clinique et une force métaphorique plus grande en raison de sa démarche essentiellement clinique et psychanalytique. Par ailleurs, la théorie l'attachement a aussi tendance à ne pas prendre suffisamment en compte la relation transnarcissique (Porret, 1997) qui est un aspect très important de la relation précoce mère-enfant. L'étayage du narcissisme de l'enfant sur celui de la mère se déroule par un lien "corps à corps" où prédominent les modalités perceptives (Freud, 1937). Les travaux de Bowlby et de ses élèves laissent de côté également la dimension de "séduction" de l'objet maternel, relevée par Freud dans ses derniers écrits, et repris notamment par Laplanche (1987). L'effet de rencontre avec l'autre - l'expérience de miroir sur le visage de l'objet - dépasse la dimension de l'attachement de Bowlby. La perception de l'autre identique et dissemblable joue un rôle central dans les identifications primaires et dans la constitution de la singularité individuelle. Loin de négliger le rôle de l'objet, la psychanalyse accorde à l'objet le double rôle de moule identitaire et de fonction subjective. Par ailleurs, la psychanalyse complexifie la notion d'objet en faisant référence à trois types d'objets possédant leurs dynamiques respectives : l'objet extérieur, l'objet-soi et l'objet transférentiel (Green, 1995). L'espace transitionnel (Winnicott, 1951) et le processus transitionnel (Roussillon, 1995) sont des concepts majeurs de la psychanalyse contemporaine qui se situent en marge de la théorie de l'attachement. L'espace transitionnel représente l'aptitude du sujet à symboliser le paradoxe de la présence et de l'absence de l'objet à partir du processus de séparation et de réunion entre l'enfant et la mère. Comme le relève Roussillon, la transitionnalité est un processus paradoxal qui participe à l'appropriation subjective du fonctionnement psychique. 3. La valeur prédictive des patterns d'attachement et la causalité psychique La causalité soulève également des oppositions majeures entre la théorie de l'attachement et la psychanalyse. Alors que l'attachement s'inscrit dans les sciences de la nature, la psychanalyse possède de notre point de vue des fondements épistémologiques plus pertinents à l'égard des spécificités du psychisme (Green, 1995). L'attachement est une théorie de la causalité qui conceptualise les effets des événements réels sur un sujet en observant les patterns d'attachement infantiles et leur permanence au cours de l'existence. Les paramètres observés reflètent à la fois les modalités défensives d'un sujet relatives à son entourage et les caractéristiques relationnelles de cet environnement. Bowlby et ses élèves défendent la thèse d'une valeur prédictive des patterns d'attachement au cours de l'existence et à travers les générations. La causalité en psychanalyse s'appuie sur l'hypothèse d'une "réalité psychique" comportant les désirs, les sentiments, les affects, les perceptions sensorielles et subjectives qui constituent les éprouvés du sujet et qui sont enracinés dans le corps (Pasche, 1999). La réalité psychique reflète le tableau des années oubliées (Freud, 1937), les traces des conflits et des expériences psychiques qui prennent un sens particulier par la dimension de l'après-coup. La causalité psychique implique la dialectique entre la réalité psychique et la réalité matérielle, entre d'une part la compulsion de répétition traduisant les conflits inconscients entre les instances, et d'autre part la "vérité historique" qui prend sens durant la cure. A titre d'exemple, les correspondances transgénérationnelles élevées entre les patterns d'attachement du bébé et les catégories correspondantes d'attachement adulte (60 à 80%) troublent l'esprit d'un psychanalyste. Même si nous reconnaissons l'intuition formidable de Ainsworth et de Main des catégories d'attachement, la complexité des phénomènes nous fait suspecter des biais méthodologiques. Mais, le point central concerne la tendance réductrice de la théorie de l'attachement à propos du psychisme humain. Conclusions La théorie de l'attachement apporte des contributions majeures dans la psychopathologie du développement qui est un champ d'investigation particulièrement prometteur, et dont Bowlby est l'un des précurseurs (Sroufe, 1997). Les travaux de Bowlby apportent aussi des éclairages complémentaires sur l'impact des liens affectifs et interpersonnels sur le développement d'un sujet. Les remises en question de la psychanalyse par la théorie de l'attachement suscitent certes des débats intéressants et stimulants, mais ceci sans remettre en question les fondements de la métapsychologie et le paradigme de la cure analytique. Comme nous l'avons esquissé, les pulsions et la satisfaction hallucinatoire du désir, la sexualité infantile, restent des piliers de la théorie et de la pratique analytique. Par ailleurs, le poids mis du côté de l'objet par les travaux de Bowlby et de ses élèves ne s'oppose pas fondamentalement à la pensée psychanalytique. La métapsychologie relativise en apparence le rôle de l'objet en insistant sur l'intrication des forces pulsionnelles du moi et du Ca avec les relations d'objets. Malgré nos prises de position en faveur de la métapsychologie, nous sommes persuadés de la grande valeur du paradigme de l'attachement et de l'apport actuel et futur de ses applications. L'enjeu actuel n'est pas la défense de l'omnipotence d'un modèle, mais la prise en considération des spécificités et des éclairages complémentaires de la complexité des phénomènes relationnels et psychiques.