La Revue

L'adolescent, le psychanalyste et l'institution
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°45 - Page 17-18 Auteur(s) : Sophie Brusset - De Jocas
Article gratuit
Livre concerné
L'adolescent, le psychanalyste et l'institution

L'adolescent, le psychanalyste et l'institution ou deux personnages en quête de lieu. Pourquoi s'intéresser et s'impliquer dans l'étude et le traitement des personnalités psychopatiques ? Est-ce, comme le suggère l'auteur à la suite de August Aicchorn, parce que l'on aurait pu soi-même devenir délinquant que l'on entreprend de prendre en charge des jeunes gens asociaux ? . ce que s'applique à faire l'auteur depuis de nombreuses années..

Avec ce livre, J.-P. Chartier nous propose la réflexion d'un psychanalyste sur les fantasmes en action dans le champ du passage à l'acte qu'est la délinquance -c'est à dire, quand l'agir tient lieu de langage-. La découverte de la personnalité délinquante définie par les trois D - déni, défi, délit- l'entrée de la psychanalyse dans le champ institutionnel, la rencontre de la psychanalyse avec la paranoïa, la criminologie et la psychopathie forment, en cinq chapitres, la trame de ce livre. La vie du délinquant semble s'organiser autour du triptyque existentiel des trois D :

- le déni relève d'une incapacité à se sentir responsable de ses actes et conduit le délinquant à des comportements à risques pour lui et pour les autres.

- le défi de la loi et de l'autorité est un sport que les délinquants pratiquent à plein temps.

- le délit est le fruit des deux premiers.

Soit : déni + défit = délit.

Les adolescents délinquants sont-ils des coupables ou des victimes ? Cette question, J.-P. Chartier la posait déjà dans un article de 1978 (Topique) , et le phénomène décrit alors -celui des "parents-martyrs" est repris dans cet ouvrage : la description de la vie du futur bourreau baignant dans un climat incestuel, sorte de pacte dont la rupture déclenche la haine.

"Vieux routier" du traitement des délinquants, l'auteur brosse un tableau historique de ce que fut la mise en place de l'aide à l'enfance inadaptée, fille des Scouts de Baden-Powell, dont la période allant de 1945 à 1975 fut l'âge d'or.

Quid de la séduction narcissique du psychopathe ? N'est-ce pas le moteur le plus puissant de l'intérêt qu'on lui porte ? "C'est comme si nous les envions pour l'état psychique que nous avons nous-mêmes dû abandonner par la suite". Freud ne supportait pas de s'occuper de ceux qui n'obéissent pas aux lois : "La psychanalyse n'est pas faite pour les canailles". Pour sa part, J.-P. Chartier a essayé d'appliquer la psychanalyse aux délinquants dans le cadre des institutions. Sa longue expérience, les recherches qu'il a menées, partent de son intérêt ancien pour ceux qu'il a nommés les "incasables". Jeune étudiant, il réalise que ce qu'on lui enseigne est en inadéquation avec ce qu'il rencontre dans sa pratique ; il crée donc en 1973 une permanence hebdomadaire accueillant des anciens d'un établissement pour adolescents difficiles. Soins et éducation spécialisée à domicile pour marginaux, toxicomanes et psychopathes constituent une première dans ce monde de prise en charge déjà efficient dans le domaine du handicap physique. Ce qui fait naître le praticien-chercheur qui s'applique à donner sens, à élaborer des modèles de compréhension des conduites susceptibles, ou non, de généralisation. Chercher, dans l'acceptation psychanalytique du terme, consiste à restituer le sens caché afin d'obtenir une modification durable du sujet ; en ceci le but est véritablement thérapeutique.

Dans un style vivant, souvent amusant, l'auteur fait part de son expérience et la lecture de ce livre, en ce qu'elle resitue les choses dans un contexte historique très clairement exposé permet de bien saisir l'originalité et la richesse d'une telle démarche.