La Revue

L'éveil par le conte
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°47 - Page 18-19 Auteur(s) : Celso Gutfreind
Article gratuit
Livre concerné
L'éveil par le conte

Le conte de fées, notamment en France, est, depuis quelques temps, à nouveau en vogue. La psychanalyse et la psychiatrie reconnaissent aujourd'hui l'utilité du conte comme outil de prévention et de traitement des maladies psychiatriques chez l'enfant. La bibliographie dont on dispose à ce sujet est déjà vaste et, si elle comporte plusieurs oeuvres intéressantes, cet ouvrage se distingue en proposant une approche plus fonctionnelle du type de celle de Bettelheim. Ce livre refuse une approche purement théorique et essaye d'illustrer la pensée par des expériences sur le terrain. L'équilibre entre théorie, expérience et exemples littéraires permet à cet ouvrage d'apporter un plus au traitement du sujet tant les références (Bettelheim, Klein, Segal, Simonsen) semblent propres à traiter de l'univers des contes. Il s'agit d'un livre sur l'utilisation de contes en étant lui aussi capable de raconter. Toutefois, on peut, dans un premier temps, prendre une certaine distance à l'égard de la théorie, tout comme Daniel Stern le recommande à ceux qui commencent à observer les bébés. Regarder librement nous paraît essentiel dans les deux cas. Dans la première partie de son livre, Jean-Claude Renoux nous fait part de son expérience de conteur dans les écoles primaires et maternelles, bibliothèques, crèches, etc. Le plaisir de raconter, l'apprentissage sur le terrain, le cadre de l'activité autant que la présence des éducatrices sont équitablement mis en valeur. Il faut créer un contexte sécurisant pour les enfants. C'est pourquoi, l'art de conter exige préparation et patience. Ce livre présente une façon créative et vivante d'organiser les séances de contes constituées d'une cérémonie avec marionnettes qui véhicule l'histoire proprement dite. On peut utiliser des objets-jouets en bois ou en tissu - pour illustrer le récit surtout avec de très jeunes enfants. Cela donne à l'enfant une approche ludique du récit. Dans la deuxième partie de son livre, l'auteur présente un répertoire de contes classés en fonction de l'âge de l'auditoire. Au-delà de la variété des histoires, on peut en tester l'aspect pratique, en s'en servant, comme d'un mode d'emploi, auprès des enfants. C'est aussi l'occasion d'en découvrir les limites: pourquoi ne pas lire des albums? En effet, l'auteur est partisan de conter les histoires plutôt que de les lire. Pourquoi ne pas se servir de toute la richesse des illustrations? Ces questions, que l'on peut légitimement se poser, suite à la lecture de cet ouvrage, ne le dévalorise en rien, bien au contraire. En matière de contes, l'effet bénéfique principal, chez l'adulte comme chez l'enfant, semble être de stimuler la pensée, d'amener à se poser des questions. Enfin, le livre montre combien les contes peuvent aider les enfants dans l'accès à la représention. La signification de la figure du loup peut évoluer selon l'enfant : une angoisse de dévoration, de séparation, le phallus, peu importe, l'auteur lui même le reconnaît. Chaque enfant choisit ce qu'il veut, disait Bettelheim, même si on peut penser que ses interprétations sont souvent un peu trop fermées. L'éveil par le conte montre comment on peut amener les enfants à un processus de symbolisation. S'il s'adresse en premier lieu aux parents et aux éducateurs, ce livre peut aussi s'avérer d'une grande utilité pour les psychiatres, psychologues cliniciens et psychanalystes qui utilisent la médiation du conte.