La Revue

Le premier entretien en psychothérapie
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°3 - Page 10 Auteur(s) : Sophie Brusset - De Jocas
Article gratuit
Livre concerné
Le premier entretien en psychothérapie

Quatre parties -fondements théoriques, dispositif thérapeutique, fonctionnement psychique et démarche clinique- permettent d'aborder la lecture de ce livre, soit dans l'ordre proposé par l'auteur, pour une lecture cursive, soit comme un ouvrage de référence permettant de trouver rapidement une précision sur un point ou sur un autre, dans le champ de la théorie ou celui de la clinique. L'auteur, psychiatre et psychanalyste travaille depuis plus de 20 ans dans un centre de soins; il livre dans cet ouvrage une illustration de son expérience de clinicien dans le domaine des psychothérapies de courte durée. Les patients reçus dans ce service de psychiatrie extra-hospitalier viennent le plus souvent consulter pour des troubles réactionnels névrotiques ou psychosomatiques -pour lesquels ce type de psychothérapie s'avère particulièrement efficace- les troubles d'ordre psychotiques ou dépressifs sont moins représentés. Ce livre fournit des points de repère pour un diagnostic précoce; il montre à travers les principes techniques d'interprétation qu'il expose une possibilité d'application de la pensée psychanalytique à la psychiatrie générale. Les moyens d'investigation sont menés de manière rigoureuse sur le modèle expérimental : enregistrements vidéo, observations derrière un miroir sans tain, comptes-rendus verbaux... Au cours du premier entretien sont systématiquement étudiées les relations entre un thérapeute expérimenté et un patient, entre un étudiant non formé et un patient, entre un groupe de patients ou un couple, ou une famille et un ou plusieurs thérapeutes. La prise en charge peut donc être de type individuel, groupal ou familial. Le modèle théorique "explique" l'étiologie des troubles; parfois il décrit seulement les mécanismes conduisant au symptôme sans forcément en déterminer la cause. L'importance de la relation thérapeutique et du cadre à l'intérieur duquel elle se développe permet de se demander en quoi une relation interpersonnelle peut devenir thérapeutique, et quelle est la nature des changements qu'elle produit; il est, en effet important de pouvoir évaluer les effets thérapeutiques de la cure. Les recherches portant sur les résultats thérapeutiques des psychothérapies psychanalytiques montrent que l'on peut obtenir de grands changements en un temps très bref. La dimension temporelle proposée au patient a une incidence sur les processus inconscients, même si ceux-ci sont eux-mêmes intemporels. Certains patients ne peuvent supporter la situation divan/fauteuil; il leur est alors proposé une thérapie en face à face ce qui est toujours le cas dans le cadre des thérapies brèves; il est intéressant de se pencher sur les aspects non-verbaux des relations interpersonnelles et leur rapport avec l'inconscient. La situation de groupe induit parfois la recherche d'un sauveur ou celle d'un bouc émissaire ce qui est un moyen de lutter contre l'angoisse et la culpabilité. Considérées comme normales dans un fonctionnement groupal (la religion, par exemple) certaines attitudes deviennent pathologiques dès lors qu'elles sont individuelles (mégalomanie du schizophrène, auto-destruction du mélancolique...). Les effets du cadre sur le fonctionnement psychique sont très importants et le premier entretien peut être considéré lui-même comme un changement de cadre. Une thérapie courte dure, en moyenne, cinq séances; pour que ce type de cure soit réalisable, il convient que soient bien déterminées les conditions qui en mesureront la réussite : - la motivation de départ qui a conduit le patient à entreprendre cette démarche, l'évaluation de ses capacités d'insight, de son désir de changer, d'abandonner les bénéfices secondaires de la maladie - la focalisation; il s'agit de rapporter les troubles du patient à une hypothèse psychodynamique simple sur laquelle se fixera l'activité du psychanalyste ainsi que de repérer la capacité de focalisation du patient lui-même. La première consultation est soit motivée par une crise relationnelle, organique (maladie) ou intrapsychique (épuisement du système de défense); soit elle est provoquée par un déséquilibre survenant dans l'organisation de la personnalité. Ce qui a conduit le patient à la consultation a un effet sur la relation thérapeutique; cela entre dans le cadre de la théorie de l'étayage objectif du fonctionnement psychique, c'est-à-dire la façon dont le sujet prend appui sur son entourage affectif, ainsi que sur les conditions biologiques et environnementales qui sont les siennes. Ce mode de thérapie permet une amélioration très rapide de l'état des patients, apportant un soulagement tangible des symptômes, provoquant des modifications dans leur fonctionnement. L'intérêt d'un tel ouvrage est d'exposer les conceptions théoriques psychanalytiques sur lesquelles se fondent les activités diagnostiques et thérapeutiques, de déterminer quels sont les facteurs participant de l'équilibre psychique et de l'organisation de la personnalité. Il importe, pour étudier le développement de la personnalité de s'appuyer sur un modèle de développement psychique, situant la psyché entre corps et environnement. Les techniques qui permettent, dès les premières minutes du premier entretien, de mener l'investigation définissent les facteurs dynamiques spécifiques qui apparaissent alors dans leur rapport avec l'organisation de la personnalité. L'analyse de la demande formulée par la crise qui a conduit à la consultation est une démarche qui n'est pas sans effet sur la relation thérapeutique. Cet ouvrage a été écrit par un auteur dont la formation -appliquée à ce genre de pratique- permet l'élaboration d'une technique psychothérapique particulière. Cette description avec les risques et les écueils qui jalonnent le déroulement du premier entretien particulièrement et, éventuellement des quelques suivants est livrée par quelqu'un dont l'expérience et la connaissance dans ce domaine, loin de rendre les choses difficiles à comprendre, permettent, tout au contraire d'aborder ces sujets délicats dans la plus grande clarté.