La Revue

Le handicap mental chez l'enfant
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°31 - Page 13-14 Auteur(s) : Bernard Golse
Article gratuit
Livre concerné
Le handicap mental chez l'enfant

Dans la collection "La vie de l'enfant" (dirigée par Michel Soulé), les éditions ESF viennent de publier un ouvrage intitulé Le handicap mental chez l'enfant dont la parution nous parait extrêmement salutaire. Les trois co-auteurs en sont François Chapireau, psychiatre des Hôpitaux et chercheur associé au centre collaborateur de l'OMS pour la recherche et la formation en santé mentale (dont le directeur est le docteur Nicole Quemada), Jacques Constant, médecin chef de secteur en psychiatrie infanto-juvénile à Chartres qui est très impliqué dans diverses commissions d'évaluation des problèmes de santé et dans le processus de révision du barême des handicaps et enfin Bernard Durand, pédopsychiatre-psychanalyste, chef de service de psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent au Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil et qui a participé en tant qu'expert à la révision des Annexes XXIV ainsi qu'à celle du barême des handicaps. Autant dire, trois personnalités qui savent de quoi elles parlent !

Il s'agit d'un livre complet, clair et facile à consulter dont la lecture est enrichissante car ouvrant le lecteur à une conception fondamentalement multifactorielle de la genèse du handicap. En des temps où le réductionnisme fait rage et finit parfois par faire force de loi, on comprend à quel point cet ouvrage est le bienvenu de par la position éthique qui le sous-tend.

Après un chapitre fort intéressant consacré à l'historique du concept du handicap, les auteurs nous en rappellent les définitions médicales et extra-médicales. Le chapitre suivant reprend utilement les différentes étapes sociales, législatives, judiciaires et politiques qui ont jalonné le mouvement des idées depuis le concept d'inadaptation jusqu'à celui du handicap. Quoique fort didactique, tout ceci demeurerait encore assez classique. C'est la suite de l'ouvrage qui s'avère beaucoup plus pointue, vigoureuse et même novatrice (peut-être faudrait-il dire ici ré-novatrice?).

Le lecteur est en effet convié, en suivant les travaux de l'OMS, à depasser le modèle strictement médical du handicap. Pour la première fois, il peut aisément prendre connaissance de la classification de P. Wood mise au point pour l'évaluation des conséquences des maladies et adoptée par l'OMS. Plus qu'une classification, il s'agit en fait d'une nouvelle manière de penser la maladie et ses répercussions et chacun pourra ainsi constater à quel point la triple référence au plan de la déficience, au plan de l'incapacité et au plan du désavantage social permet de fonder conjointement une perspective étiopathogénique polyfactorielle du handicap et par voie de conséquence une approche multidimensionnelle de sa prise en charge.

L'unité de la pensée ne vient plus dès lors de la simplification mais d'une cohésion dynamique qui permet d'orgabiser la complexité. On appréciera tout particulièrement la discussion concernant les syndromes autistiques à la lumière des débats qui ont eu lieu recemment en France, sur le terrain législatif, quant à leur approche en termes de handicap ou en termes de maladie mentale : la position mesurée des auteurs de ce livre mérite d'être soulignée étant donné le tour passionné que la pathologie autistique elle-même induit si souvent dans ce domaine.

Un des derniers chapitres de l'ouvrage donne accès à un cas clinique très démonstratif de l'intrication fréquente, pour un même sujet, de différents niveaux de handicap ce qui invite d'une part à penser handicaps multiples plutôt que handicap unique (question déjà abordée pour elle-même au cours de l'ouvrage) et d'autre part à réfléchir aux aspects psychodynamiques qui viennent infléchir et remanier, par des effets d'après-coup individuels et familiaux, le handicap initial. Le livre se termine sur l'étude des conséquences pour les politiques de santé de cette nouvelle approche du handicap et notamment sur l'intensité du besoin d'informations de la collectivité (instances scientifiques, mais aussi instances politiques et tutelles administratives) face à l'aspect le plus méconnu du handicap, à savoir le désavantage social, les auteurs faisant très justement remarquer que la vision classique et statique du handicap a abouti à une sorte de paralysie des recherches épidémiologiques en la matière.

De très utiles annexes sont enfin fournies qui retracent les débats parlementaires de 1975, qui reprennent la question des diverses classifications et qui présentent de manière synthétique le projet d'enquête "handicap-incapacité-dépendance de l'INSEE. Telles sont les grandes lignes de cet ouvrage qui sera certainement fort précieux pour tous ceux qui se trouvent confrontés au handicap dans leur pratique quotidienne à quelque titre que ce soit. Après l'avoir consulté, il me semble que d'une certaine manière, le lecteur a le plaisir de se sentir "meilleur" et psychopathologiquement parlant plus intelligent ce qui, somme toute, est non seulement utile mais aussi agréable.