La Revue

Pragmatique et ethnopsychiatrie. Quelques perspectives de recherche
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°33 - Page 19 Auteur(s) : Mohand Ameziane Abdelhak
Article gratuit

En plus d'être une discipline, la pragmatique peut aussi être une démarche clinique ou de recherche. Elle étudie les rapports entre la langue et ses utilisateurs dans des contextes de présentation et de représentation de la communication thérapeutique. La pragmatique de la communication ethnopsychanalytique dans un groupe thérapeutique intègre l'étude :

1) des actes du thérapeute principal,

2) de ceux des co-thérapeutes,

3) du médiateur-interprète,

4) des intervenants sociaux,

5) du patient et de sa famille,

6) ainsi que celui du dispositif technique.

Que veut-il me faire dire (ou faire) en me disant (ou en faisant) ce qu'il me dit (ou ce qu'il me fait) ? Telle est la question que pourrait se poser le clinicien dans une interaction thérapeutique. Il s'agit de la dimension illocutoire de l'acte de parler (ou de rester silencieux), c'est-à-dire son poids dans la relation transférentielle interactive. Dans un dispositif ethnopsychiatrique, nous mettons en oeuvre les mécanismes procéduraux qui activent, de manière appropriée, l'usage des langues et des langages pour co-construire une relation thérapeutique. Les questions précédentes nous permettent de guider notre travail clinique dans le respect de l'altérité individuelle (définition du statut de la personne humaine), sociale (définition du statut du thérapeute, et celui du patient) et culturelle (qui peut se définir par la multiplicités des liens dans lesquels la maladie, la personne et la santé peuvent se rencontrer).

Parler donc, ne consiste pas uniquement à échanger des informations, c'est-à-dire décrire le monde, mais également et surtout, à accomplir des actes qui visent une certaine transformation de l'état de la personne avec qui nous communiquons. C'est la fonction illocutoire de tout énoncé. En plus de ces deux aspects, l'utilisation de l'objet "Parole" nous montre aussi l'état du locuteur-interlocuteur. C'est à partir des échanges et du partage des enjeux entre les cliniciens, les médiateurs et le patient, que nous co-construisons la relation thérapeutique. En présence du groupe des co-thérapeutes venant d'univers culturels différents et parlant plusieurs langues. L'acte thérapeutique en ethnopsychiatrie est porteur d'intentions repérables pour ceux qui sont à l'intérieur du dispositif, communicables et accessibles pour ceux qui se trouvent à l'extérieur.