La Revue

Naissance du psychanalyste
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°26 - Page 13 Auteur(s) : Gilles Benham
Article gratuit
Livre concerné
Naissance du psychanalyste

Judicieuse initiative que cette réédition d'un ouvrage initialement paru en 1973 chez Payot et cosigné par Raymond de Saussure (mort en 1972 ) et Léon Chertok, mondialement connu pour ses travaux sur l'hypnose. Naissance du psychanalyste est d'emblée placé sous l'égide des recherches en anthropologie médicale et en épistémologie: " The history of a science is the science itself" lit-on en exergue.

L. Chertok commente ce choix, étroitement lié à sa rencontre avec R. de Saussure : "Nous nous découvrîmes un goût commun pour l'étude des sources -souvent méconnues de la psychanalyse, depuis la fin du XVIIIè siècle jusqu'à l'époque freudienne". À travers les textes de Deleuze et Puységur notamment, Chertok retrouve "ce qui réellement se passait dans les cures d'un point de vue psychanalytique" (p.53). L'axe central est la relation d'objet comme préfiguration du transfert.

La méthode de Chertok :

- Permettre une relecture significative des phases expérimentales de la psychothérapie (magnétisme, hypnotisme) .

- Redécouvrir Freud à la lumières de ces phases.

Avec De Villers (1765-1815), la relation d'objet devient facteur de guérison, et Chertok décrit déjà un rapport "transfert contre transfert". Vers le milieu du XIXè siècle, James Braid introduit un changement de technique et une nouvelle théorie, l'hypnotisme. Mais le changement de vocable ne lèvera pas les résistances contre la charge sexuelle. Sous l'impulsion de Bernheim, l'école de Nancy se psychologisera: " Les prétendus phénomènes physiques ne sont selon moi que des phénomènes psychiques" (Bernheim cité par Chertok, p.7l) . Mais la vraie nature de la relation d'objet reste ignorée.

Freud passe par l'hypnose avant que d'aboutir à ses principales découvertes : "Au point de vue théorique et thérapeutique, la psychanalyse gère l'héritage qu'elle a reçu de l'hypnotisme" (p.90) . En même temps que l'hypnose, Freud abandonne la dépersonnalisation défensive de la relation médecin-malade. Il élabore un nouveau mode de défense pour le thérapeute, mesure l'importance de l'étiologie sexuelle des névroses, et entame son auto analyse.

Chertok repersonnalise l'évolution de Freud, rappelant un événement personnel rapporté dans sa Selbstdarstellung de 1925, au cours duquel une de ses "plus dociles patientes (.) en se réveil1ant lui jeta les bras autour du cou". Refusant de s'attribuer les mérites personnels d'une telle attirance, Freud supposera la présence d'un tiers absent, irreprésentable consciemment. Avec le nouvel éclairage du transfert, Freud peut unifier son travail autour de trois axes directeurs: l'hypothèse de l'inconscient, le travail d'oubli et de refoulement, l'étiologie sexuelle des névroses. Cet épisode signe selon Chertok le véritable acte de naissance de la psychanalyse.