La Revue

Les pages de la psychiatrie Angevine
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°125 - Page 38 Auteur(s) : Eric Boissicat
Article gratuit

http://www.med.univ-angers.fr/services/AARP/psyangevine/accueilpsyangevine.htm

Rien de tel que le hasard et les moteurs de recherche pour faire des découvertes sur Internet, ce d'autant qu'il est bien connu que l'on ne trouve jamais l'objet de ses voeux au moment où on le souhaiterait.

C'est ainsi, que ce dimanche, au lieu de profiter d'un soleil hivernal aux rayons printaniers (puisqu'il est vrai que lorsque l'on dit maintenant qu'il n'y a plus de saison, on devient un scientifique respecté spécialiste du réchauffement de la planète et de la fonte des pôles et non plus la cible de railleries pour avoir proféré un truisme), or donc, je cherchais, en préparant une formation pour mes distingués confrères, l'image de l'oméga mélancolique, survivance d'un temps où l'on regardait les patients plutôt que de leur faire remplir un auto questionnaire, luxe chronophage impossible actuellement.


Mais trêve de ronchonneries, venons-en au fait. Car, au fil du temps cette chronique en arrive à parler de toute autre chose que du site du mois, cette fois-ci Les Pages de la Psychiatrie Angevine où j'ai trouvé un article traitant du portrait du Docteur Gachet de Van Gogh, illustré d'une reproduction correcte que je me suis empressé de copier. Remontant le fil, j'ai vu qu'il s'agissait d'un espace reflétant la collaboration des différents services spécialisés locaux, où l'on découvre pêle-mêle et entre autres des publications scientifiques, une rubrique linguistique et étymologique, florilège de termes décrivant avec finesse (et humour, aussi, ce d'autant qu'elle était illisible par Safari ou Firefox) la grande variété des états psychiques, et tout ce qui remplit de joie lorsque l'on tombe de manière inattendue sur ces bijoux sur lesquels on s'attarde plutôt que d'exécuter, c'est le mot, son travail.