La Revue

Psychoweb
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°127 - Page 50 Auteur(s) : Yann Leroux
Article gratuit

http://www.psychoweb.fr/

Il est toujours touchant d'être témoin du début d'une aventure surtout lorsque l'on se sent en phase avec les principes qui la président : décloisonner, diffuser, partager les connaissances de la psychologie. Il est difficile de donner un principe unique à psychoweb. Il est, pour l'heure, foisonnement d'idées, de rencontres et de travail. C'est d'abord un site de social bookmarking, c'est-à-dire de partage des signets. Plutôt que de conserver et de gérer seul ses signets, le social bookmarking permet de les mutualiser en ligne. Del.icio.us, Digg, Stumble ! sont parmi les plus connus. La bonne idée est de proposer ce dispositif et cet usage en le focalisant sur la psychologie. Cela permet d'une part de faire apparaître des contenus qui ne sont pas repérés par les moteurs de recherche - et ce brassage contribue à un renouvellement des idées qui est bienvenu sur un Internet toujours menacé par le nivellement moyen - et ensuite d'en discuter en ligne. Au final, on trouve dans un même lieu les différentes lignes de la psychologie, ce qui a un effet de décloisonnement tout à fait bien venu. C'est ainsi que l'on est assez facilement en contact avec des aspects de la psychologie qui restent souvent méconnus et qui sont pourtant à discuter : quelle est la validité des emprunts que nous faisons aux mathématiques, à l'informatique, à l'économie ? Et pourtant, comment éviter qu'une discipline soit poreuse aux autres ? Quels sont les ponts à contruire et les murs à bâtir pour que chacune garde sa spécificité ?
Psychoweb est aussi un site sur lequel règne l'esprit Web 2.0. En ce sens, il déborde largement du partage de purs et simples signets puisque toute personne porteuse d'un projet qui croise la psychologie et l'internet se verra aidée, qu'il s'agisse de mettre en ligne un blog, de se dépêtrer de problèmes techniques ou de mieux faire fonctionner une application... En ces moments de mutation ou l'ensemble du web bascule vers autre chose que l'on a maladroitement appelé web 2.0, c'est un des endroits où la psychologie se mêle intelligemment aux mondes en ligne.