La Revue

Techniques psychothérapiques
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°128 - Page 58 Auteur(s) : Christian Robineau
Article gratuit

http://www.techniques-psychotherapiques.org

Les furieux mugissements de la tempête médiatique ont peu à peu fait place à une apparence de calme. Le tonnerre déclenché par la publication, en 2004, de l'expertise collective Inserm Psychothérapie : trois approches évaluées, ou celui consécutif à la parution, en 2005, du Livre noir de la psychanalyse ne paraissent plus de saison. C'est à peine si une grotesque campagne de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé consacrée à la dépression suscita récemment quelques rides à la surface de l'océan cathodique. Pendant ce temps, la pulsion de mort, comme à son habitude, oeuvre en silence. La Haute Autorité de santé, par exemple, continue ainsi d'accréditer et discréditer en toute tranquillité, grâce à ses "visiteurs du jour" (ainsi nommés par J.-A. Miller et J. Cl. Milner - Voulez-vous être évalué ?, Grasset, 2004 - en référence aux Visiteurs du soir de Prévert et Carné, "ces être sublimes qui se présentent à la porte du château, qui sont des envoyés du Démon, chargés de mission, mission de désespérer les hommes"). L'évaluation : le Grand Satan ? Ce n'est à l'évidence pas la position de Jean-Michel Thurin : celui-ci, membre de l'équipe d'experts de l'Inserm, s'en est ensuite désolidarisé de manière nette et argumentée. Mais pas sur le principe même de l'évaluation. Selon lui, "il est devenu aujourd'hui possible d'évaluer les résultats des psychothérapies psychanalytiques sur des bases à la fois scientifiquement solides et acceptables vis-à-vis des objectifs spécifiques de ces cures." La difficulté majeure est, de son point de vue, bien davantage méthodologique. Et c'est tout l'enjeu du site dont il est le créateur que de constituer une (impressionnante) base documentaire sur les outils d'évaluation quantitative et qualitative des  "psychothérapies psychodynamiques", ainsi que d'animer et impulser des recherches dans ce champ en lien avec des cliniciens (ce dernier point ne relevant certes pas du détail).

La richesse de ce site en fait un outil unique sur le web francophone. On regrettera cependant que, hormis dans quelques textes critiques relatifs à l'expertise de l'Inserm, les questions idéologiques, économiques et politiques posées par le principe même de l'évaluation soient recouvertes par la seule préoccupation méthodologique. Peut-être faudra-t-il attendre, pour que celles-ci reviennent au devant de la scène, une nouvelle tempête, telle celle où Shakespeare nous fait entendre le désespoir de Ferdinand qui, abandonnant son bateau incendié, s'écrie : "L'enfer est vide de ses diables, ils sont tous ici !"