La Revue

Diigo
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°144 - Page 46 Auteur(s) : Yann Leroux
Article gratuit

Nous avons tous, au gré de nos navigations, accumulé les pages qui nous semblent intéressantes dans nos favoris. Cependant, au vu de la taille de l’Internet il est évident que ce dont nous disposons ne constitue qu’une infime partie de l’immense puzzle des ressources disponibles sur l’Internet. D’autres auront dans leurs favoris les éléments que nous n’avons pas perçus et nous avons sans doute les éléments qui leur manquent.

Diigo
permet d’héberger en ligne ses favoris. Le principe est simple : une barre d’outil permet de sauvegarder sur son compte Diigo la page web sur laquelle on se trouve. L’opération prend juste quelques secondes. Le premier intérêt est qu’il devient possible de les retrouver même si l’on ne navigue sur une de ses machines. Le second est que l’on dispose d’un appareil critique. La bibliothèque ainsi constituée peut être explorée par mots-clés, annotable et interrogeable. Il est également possible de créer des collections de pages regroupant une thématique. Les favoris peuvent être publics ou réservés.

Il est également possible de faire des recherches sur tout Diigo. C’est le troisième intérêt du service : il permet de rejoindre ou de créer des communautés de travail. En effet, toutes les personnes qui agrègent des pages sur l’ordonnance n°45 ont sans doute des choses à partager qu’ils soient éducateurs, juristes, parents, ou psychologues. Leurs regards seront différents mais sans doute articulables. Diigo permet également d’héberger des dynamiques de travail. Par exemple, une équipe socio-éducative pourra rapidement mettre en commun des documents nécessaires à la rédaction d’un projet ou d’un rapport. Diigo un outil vraiment utile pour travailler sur/avec le web.