La Revue

Psyzoom - chronique de psychiatrie
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°150 - Page 58 Auteur(s) : Eric Boissicat
Article gratuit

Il y a quelques années, j’attirais votre attention sur les blogs (cybercarnet ou carnet virtuel pour les puristes amateurs de termes qui n’arrivent jamais à s’imposer) et en particulier l’un d’entre eux, http://psychanalyse.canalblog.com <http://psychanalyse.canalblog.com> , qui a cessé de paraître en février 2006… C’est aussi cela internet, toujours dans l’instant, rarement dans la continuité, sauf peut-être célébrité soudaine, parfois elle aussi provisoire qui inscrit dans une durée variable l’idole du moment.
Mais ce n’est pas tout, pour accéder à ces textes, il faut les découvrir et là, c’est plus souvent le hasard que le bouche-à-oreille via Twitter ou Facebook qui le permet. Cette rencontre peut néanmoins être facilitée par les diverses revues de presse, les lettres d’information ou bien par des sentinelles telles les alertes Google. C’est ainsi que j’ai découvert deux blogs que je vous présente aujourd’hui, l’un créé par Gill Sgambato, Psychologue clinicien exerçant dans un secteur de la Psychiatrie publique du Val-de-Marne., l’autre par Paul Semeur (c’est un pseudo), Psychiatre, chef de service dans un hôpital de la région parisienne, fonctions qui sont des gages de sérieux. Le premier permet justement de répondre à la difficulté de trouver l’information pertinente puisqu’il collige les extraits de presse concernant notre spécialité sans les commenter, faisant ainsi gagner un temps précieux à ceux qui auraient les mêmes préoccupations que lui. Le deuxième, lui, écrit des chroniques d’humeur sur sa pratique, l’actualité ou tout autre sujet à travers son regard de professionnel.

Ces deux blogs, choisis parmi des centaines, vont-ils connaître le succès ? Eh bien, cela dépend en partie de vous. L’auteure de celui cité au début de cette chronique, m’avait écrit quelque temps après sa parution pour m’indiquer qu’elle avait gagné beaucoup de lecteurs. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle a persévéré…