La Revue

La CIPPA
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°159 - Page 58 Auteur(s) : Christian Robineau
Article gratuit

En septembre 2011 était mis en ligne le documentaire de Sophie Robert intitulé Le Mur. La Psychanalyse à l’épreuve de l’autisme (à voir ici : http://vimeo.com/ 28297548). Vingt-sept psychanalystes interrogés, soixante heures de rushes, cinquante-deux minutes de film, une thèse : alors que le reste du monde sait depuis longtemps que l’autisme est un trouble neurologique lié à des anomalies du sillon temporal supérieur, les psychanalystes français font la sourde oreille (c’est un comble…), persistent à n’y voir qu’une psychose causée par une défaillance de la relation mère-enfant, et rejettent toutes les méthodes éducatives et pédagogiques qui ont pourtant fait leurs preuves ailleurs.

La polémique a enflé rapidement, certains des analystes interrogés estimant que le montage trahissait les propos qu’ils avaient tenus, leur faisant parfois dire l’exact inverse de ce qu’ils défendent depuis des décennies (trois d’entre eux ont même intenté contre S. Robert une action en justice dont le résultat n’est pas encore connu au moment où ces lignes sont écrites). On trouvera un roboratif éventail des positions tenues de part et d’autre sur deux sites soutenant la réalisatrice (http://autisteenfrance.over-blog.com/ et http://www.soutenonslemur.org/) ou sur celui de S. Robert elle-même (http://psychanalysedevoilee.oceaninvisibleproductions.com/). Parmi les réactions les mieux étayées, il faut souligner celle de la CIPPA (Coordination internationale entre psychothérapeutes psychanalystes s’occupant de personnes avec autisme) : association fondée en 2004 à l’initiative de G. Haag et dont le site est hébergé par Psynem, elle défend (pas uniquement en paroles mais dans la réalité de son activité) des hypothèses étiologiques polyfactorielles, la collaboration entre analystes, généticiens et neuroscientifiques, la nécessaire articulation des approches thérapeutiques, éducatives et pédagogiques, et la réduction des clivages de tous ordres auxquels sont confrontés ceux qui ont affaire à l’autisme. Dans le cadre d’un dossier intitulé « Alerte aux méconnaissances concernant la psychanalyse et l’autisme », quatre des analystes interviewés par S. Robert (dont trois membres de la Cippa) reviennent sur les conditions – malhonnêtes, selon eux – de fabrication du documentaire.

À lire les réponses qu’apporte à ces propos la réalisatrice sur son site, chacun jugera de qui, finalement, l’oreille est la plus sourde.