La Revue

L'intelligence et l'humour de Michel Soulé
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°161 - Page Auteur(s) : Alain Braconnier
Article gratuit

Un souvenir me revient souvent quand je pense à l'intelligence et à l'humour de Michel : son imitation prodigieuse, tellement vrai et tellement drôle du bébé suçant le sein de sa mère, se demandant quelle était cette protubérance qui l’excitait tant, cette odeur incertaine d'une peau parfois parfumée, parfois beaucoup plus aigre, de paroles complètement inutiles mais combien apaisantes, d'un arrêt inattendu ne correspondant à aucune logique et surtout s'opposant à un désir qui commençait tout juste à être satisfait. Les mimiques de Michel, ses commentaires me faisaient penser qu'il voulait nous faire mieux comprendre que, dès la naissance, Georges Courteline ne s'était pas trompé en écrivant : « un des plus clairs effets de la présence d'un enfant dans le ménage et de rendre complètement idiots de braves gens qui, sans lui, n’eussent peut-être été que de simples imbéciles ». Michel était généreux, humain, il aimait rire comme les enfants aiment rire, savait être sérieux comme les enfants le savent quand il faut l'être mais ne se prenait jamais au sérieux.

Un second souvenir lui aussi m'habite quand je pense à Michel. Assis autour d'une table, préparant une nouvelle réunion pour une journée scientifique un colloque ou un congrès, le souci qu'il communiquait à chacun d'entre nous de répondre à l'attente du public auquel nous devions nous adresser et en même temps l'originalité et la créativité dans les thèmes ou dans les intervenants que nous ne devions pas négliger. La convivialité de ces repas nous y aidait mais cette convivialité ne venait pas de nulle part, elle était créée par l'ambiance dans laquelle il nous entraînait.

Je voudrais ajouter, qu’ayant connu et été formé par les leaders de la pédopsychiatrie d’orientation psychanalytique, Michel représente pour moi un modèle sur sa capacité de transmettre le flambeau d’une flamme intellectuelle et pragmatique mais aussi de permettre à la génération qui lui succédait de trouver une place  institutionnelle digne de leurs qualités propres.