La Revue

Le temps qui passe...
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°164 - Page 62 Auteur(s) : Alain de Mijolla
Article pour les abonnés uniquement

Samedi 27 juillet 1912 -  Lettre de Sigmund Freud à son futur gendre, Max Halberstad : « Vous n’avez aucune raison de nous admirer. [...] Nous n’y avons eu aucun mérite car il n’y avait pas moyen de faire autrement et notre seul apport, lors de nos fiançailles, était la très grande pauvreté de nos familles. Je n’étais pas, comme vous, déjà en possession de cinq hautes distinctions, mais j’avais tout à créer par moi-même. Je n’avais que vingt-cinq ans il est vrai et, lors de mon mariage, je n’étais pas plus jeune [...]

Pour lire l'article complet
Abonnées uniquement

Cette article ne peux être vendu à l'unité. Pour pouvoir lire vous devez être abonnée à l'une de nos formules numériques.
Abonnez-vous !
Avec l'abonnement numérique vous avez accès à l'ensemble des articles du site et illimité.