La Revue

Se survivre et penser
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°178 - Page 39-45 Auteur(s) : Françoise Neau
Article payant

Comment parler de la douleur sans peine, surtout quand elle est dédiée à un disparu ? Il n’existe pas de manuel qui s’appellerait « la douleur sans peine » : cette langue-là ne s’apprend pas, d’ailleurs ce n’est pas une langue - un cri peut-être, ou une plainte, ou un silence, celui du Recueillement auquel Baudelaire invite en le brisant - « sois sage, ô ma douleur, et tiens toi plus tranquille/Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici…». [...]

Pour lire l'article complet
L'acheter pour

3,00 €
Abonnez-vous !
Avec l'abonnement numérique vous avez accès à l'ensemble des articles du site et illimité.