La Revue

Editions des Arenes
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°103 - Page Auteur(s) : Christian Robineau
Article gratuit

http://www.arenes.fr/livres/fiche-livre.php?numero_livre=119

Une invite, en page 2 : "Le Livre noir de la psychanalyse se prolonge sur www.arenes.fr". "Se prolonge", qu'est-ce à dire ? 832 pages, et ce n'est pas fini ? La bête analytique bouge encore ? "Se prolonge"... À dire vrai, l'on attendrait plutôt "se poursuit", au sens de "tourne en rond", "se mord la queue", tant les accusations -pseudo-scientificité, cécité idéologique, manque de rigueur éthique, etc.- accumulées dans ce bon kilo de propagande (oui, je l'ai pesé, la quantification est le sel de l'évaluation), tant ces accusations, disais-je, pourraient être bien souvent retournées telles quelles à leurs auteurs. Convenons-en pourtant : le site de l'éditeur du Livre noir est loin de manquer d'intérêt.

Certes, il est clair qu'en ces arènes-là Psychanalyticus est jeté aux lions et que Cognitivus attend derrière une colonne que la foule clame son impatience de voir le barbare achevé. Il faut bien faire le service après-vente. Mais on peut aussi trouver bienvenue l'idée de constituer un dossier regroupant tous les articles publiés dans des quotidiens ou hebdomadaires français et étrangers à propos de la parution de cet ouvrage, ainsi qu'une liste de liens renvoyant aux principaux forums électroniques agités par le sujet. Les voix, ici, se font plus dissonantes, puisque l'on a vu depuis deux mois un certain nombre d'analystes monter au créneau -pour le meilleur et pour le pire.

À bien y regarder, en effet, si certaines interventions se montrent de haute tenue, d'autres rappellent un peu trop ces gaulois se lançant dans la mêlée au cri de "Pas frais, mon poisson ?" Défauts d'information, interprétations psycho-logisantes, fermeture clanique, on ne saurait tendre à l'adversaire de verges plus propices à une flagellation redoublée. L'enjeu, pourtant, mérite mieux que de se laisser emporter par la même griserie, la même jouissance polémique que celle qui s'étale au long du Livre noir. L'ivresse peut être une agréable sensation, mais les bagarres d'ivrognes sont en général peu propices à l'expression de l'intelligence.

S'il n'est guère d'avenir à confondre AOC et TCC, il n'en est ainsi pas davantage à devenir aussi gris que l'ivre noir.