La Revue

Suicide et médias
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°206 - Page 58 Auteur(s) : Eric Boissicat
Article gratuit

https://papageno-suicide.com

Le suicide est un problème majeur de santé publique. Avec 10500 décès par an, il est la première cause de mortalité des 25-34 ans et la deuxième, après les accidents de la route, pour les 15-24 ans. Ces derniers sont au total trois fois moins mortels (3464 décès en 2015). À se demander pourquoi on en fait autant pour la prévention routière et si peu contre l’autolyse, peut-être que s’il y avait des radars à suicide, cela serait différent…

Justement, ce site est tourné vers la prévention, auprès de médias, certes, mais aussi pour les professionnels de santé qui sont amenés à fréquenter et à répondre aux questions des premiers lors de tels évènements.

Cette initiative due au Groupement d’Études et de Prévention du Suicide (GEPS), à la Fédération Régionale de Recherche en Psychiatrie et Santé Mentale (F2RSM Psy) Hauts-de-France, et à l’Association Lilloise de l’Internat et du Post-Internat en Psychiatrie (ALI2P), bénéficie du soutien de l’Association Française Fédérative des Étudiants en Psychiatrie (AFFEP). Ils se sont d’abord tournés vers les écoles de journalisme pour apprendre à leurs étudiants comment rapporter de tels évènements en appliquant les recommandations de l’OMS, c’est-à-dire sans entraîner d’effet Werther, phénomène d’imitation ou de contagion pour privilégier un effet « Papagano », l’oiseleur de La Flûte enchantée qui échappe au suicide par la rencontre de trois jeunes garçons qui lui montrent qu’il existe d’autres voies comme le carillon magique, qu’il avait oublié, pour retrouver l’amour de Papagana.

Dans l’avenir, ce groupe souhaite recenser les hot spots de suicide afin peut-être, comme cela existe déjà dans les pays anglo-saxons, d’y mettre des pancartes avec des numéros de téléphone d’aide, de s’intéresser à ces passages à l’acte dans les institutions et aux populations fragiles, comme les adolescents.

Un site à consulter pour s’informer, mais aussi pour participer à la prévention de ce fléau.

Éric Boissicat
psy@orkal.net