La Revue

Dix ans déjà !
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°100 - Page 10 Auteur(s) : Bernard Golse, Manuelle Missonnier, Daniel Widlöcher, Pierre Delion, Alain Braconnier, Marie-Frédérique Bacqué
Article gratuit

Une revue pas comme les autres par Bernard Golse.

Dix ans, ce n'est pas rien. Cette réflexion m'évoque aujourd'hui celle que Patrick Modiano met dans la bouche d'un personnage de son livre Livret de famille dès les toutes premières pages du texte. Le héros principal de l'ouvrage vient d'avoir un enfant, et le témoin qu'il sollicite alors pour l'accompagner faire sa déclaration à l'état civil, lui dit : "Père, c'est quelque chose, hein ?". Il me semble que chaque anniversaire d'un enfant est en fait susceptible de venir réactiver ce type de rêverie chez ses parents, et les anniversaires qui marquent le passage d'une décade à une autre, peut-être davantage encore. Dans cette perspective, la question est alors aujourd'hui de savoir de qui Le Carnet PSY peut-il être déclaré l'enfant ?

Serge Lebovici a certainement été essentiel dans le désir de voir naître ce périodique, mais ce désir est bien entendu, d'abord et avant tout, celui de Manuelle Missonnier qu'il nous faut remercier ici très sincèrement et très amicalement. Chacun sait les liens émotionnels profonds qui unissaient Manuelle et Serge, et, de ce fait, j'oserais dire que ce dernier est peut-être, d'une certaine manière, le grand-père symbolique de cette revue pas comme les autres. Je crois savoir qu'il aura été l'un des premiers à y croire, et ceci a probablement donné du courage à Manuelle dans cette entreprise qui, au début, pouvait sans doute apparaître comme bien risquée.

L'idée de mêler agenda des activités Psy, comptes-rendus de colloques et textes de réflexion divers, le tout dans un format léger et de maniement aisé était certes séduisante, mais qui aurait pu dire que l'attrait aller durer ? N'y allait-il pas y avoir un rapide effet d'essoufflement ? A bien y regarder aujourd'hui, il me semble que c'est le "couple" de Serge et de Manuelle qui, en filigrane persistant de cette innovation, lui confère son pouvoir d'attraction durable, et son atmosphère de fraîcheur indéfiniment renouvelée. En effet, ce "couple" originaire étant fondé sur un indéniable écart d'âge, la revue se voit ainsi imprégnée d'une double dimension dialectique et dynamique d'information journalistique moderne et de transmission sage et profonde, à l'image combinée de ses deux fondateurs. Comme quoi, il en va de même pour les objets que pour les personnes : le présent dépend des origines tout autant que les origines s'éclairent de l'actualité. Qui dit carnet, pense en effet, "carnet de voyage". Et c'est bien à un double voyage que nous convie chaque mois Le Carnet Psy : un voyage synchronique au sein des réunions et des activités psychiatriques, pédo-psychiatriques et psychanalytiques, mais aussi un voyage diachronique au fil de l'histoire des idées et des connaissances.

On feuillette alors ce Carnet Psy comme on associe des pensées et, dès lors, les associations libres étant par essence infinies, comme la pensée, la surprise est toujours au rendez-vous. Feuilleter, associer . entre deux consultations, entre deux réunions, entre deux écritures, on a toujours le temps de se ressourcer du bout des doigts, du bout des yeux. La légèreté du format est un élément essentiel du succès et du plaisir de "lire" et de "lier", deux activités dont les signifiants s'écrivent, on le sait, avec les mêmes lettres ! Les dossiers viennent alors scander cette trajectoire comme quelques points d'ancrage qui n'enlèvent rien au mouvement de l'ensemble, la grâce étant ici l'inverse de la pesanteur comme nous l'a si utilement appris Simone Weil.

Merci, donc, à Manuelle Missonnier et à Serge Lebovici de nous avoir fait ce merveilleux cadeau d'une revue pas comme les autres et qui ne le sera jamais de par la qualité de leur rencontre humaine qui continue à marquer cette invention éditoriale d'une fraîcheur et d'une profondeur qui ne cessent de nous combler et de nous enrichir. Dix ans, ce n'est pas long et c'est déjà tellement . Publier Le Carnet Psy, c'est quelque chose, hein ? Très bon anniversaire et longue vie à celui-ci, du fond du cour et de la pensée.

Un Carnet... par Alain Braconnier

Les carnets de voyage, genre littéraire privilégié du XIXème et du début du XXème siècle, ont permis à leurs contemporains et aux descendants de découvrir les richesses d'un monde inconnu, en pleine évolution, si ce n'est par endroit en révolution. Dans notre petite sphère psy, cette revue m'évoque l'esprit de ces carnets. Les 100 numéros de la revue n'ont-ils pas parcouru pendant ces dix dernières années, avec concision, rigueur, efficacité, les chemins de nos rencontres collectives, de nos réflexions, de nos recherches, de nos maîtres, en un mot de notre petite terre à nous ? Que le voyage se poursuive le plus longtemps possible, dans le même esprit et avec la même énergie de sa créatrice et de ceux qui l'entourent.

Les dix ans de Carnet Psy par Daniel Widlöcher

Le Carnet Psy a connu tout au long de ces dix années un développement surprenant. Au départ, comme le terme de "carnet" le suggère, il s'agissait surtout de collecter les informations concernant les multiples activités scientifiques qui se déroulaient en France dans le champ de la psychopathologie. A partir de ces modestes objectifs se sont greffés l'analyse d'ouvrage, les comptes-rendus de congrès, les entretiens avec des cliniciens et des chercheurs et enfin la préparation de dossiers, expansion qui donne à la revue la marque d'un grand journal d'actualités et de revues critiques. La place qu'y occupe la psychanalyse est depuis l'origine bien visible. Elle y est traitée au même titre que la psychologie et la psychiatrie. Ceci a été rendu possible parce que ce n'est ni une revue corporatiste, ni associative, ni l'émanation d'un groupe. La psychanalyse n'y est vue à travers le prisme d'aucune société. Il n'y a aucun enjeu de pouvoir, comme il en existe trop souvent dans certains comités de rédaction. Revue d'actualité, elle expose la psychanalyse aux interrogations actuelles de la pensée psychologique et psychiatrique. La place des théories de l'attachement, l'économie de la santé, les pratiques de recherche, les rapports entre les psychothérapies et la psychanalyse peuvent ainsi y être abordés au plus vif de leur actualité, sans passion, sans dogmatisme : travail aux frontières et dans un esprit d'ouverture clinique. Ce qui fut ainsi au départ une heureuse improvisation se révèle maintenant un outil de travail nécessaire à tous. Réjouissons-nous de ce succès.

Dix ans déjà ! par Pierre Delion

Dix ans déjà que cette revue singulière est entrée dans ma vie de psychiste. Dès les premiers numéros j'ai rapidement compris que Carnet Psy allait décoiffer même ceux qui n'ont plus un cheveu sur le caillou ! Eh bien je peux affirmer que dix ans après tous mes amis sont abonnés, reçoivent et lisent Carnet Psy chaque mois, en tiennent compte dans leurs achats de livres, en parlent dans leurs articles, et y font paraître leurs annonces de journées scientifiques. Dernièrement, une journaliste du Monde (Catherine Vincent) a même cité les extraits d'un point de vue de Geneviève Haag sur les prises en charge des enfants autistes ! Alors quand on parle de ce qu'a écrit un enfant de dix ans dans le Monde, c'est qu'il présente des talents reconnus, non ?! Mais suivant que l'on se place dans une perspective freudienne ou piagétienne, l'âge des dix ans n'a pas la même signification. Pour le premier, c'est la fin de la période de latence et les prémices pulsionnels du pubertaire et de l'adolescence peuvent commencer à se faire sentir, tandis que pour le second, c'est la période des opérations concrètes qui va bientôt permettre le développement plein et entier de la pensée formelle et/ou hypothético-déductive. A l'ombre de ces deux références, on peut donc en déduire que notre enfant a pris de l'avance, mais pas une avance dysharmonieuse ! Je veux voir dans la réussite anniversaire des dix ans de Carnet Psy la preuve d'une bonne et solide articulation entre les aspects psycho-affectifs et cognitifs de son développement bien tempéré. Et Manuelle Missonnier, bonne mère !, a su créer autour de ce petit bonhomme de dix ans, d'authentiques amitiés parrainantes qui en assureront l'évolution favorable sur de solides fondations. Happy birthday à Manuelle CarnetPsy !

Un outil pour les psy... par Marie-Frédérique Bacqué

Carnet Psy est un journal qui se lit bien, chez les psychologues et, à l'université, où il passe dans de nombreuses mains étudiantes. Son format est agréable, son papier de qualité et puis, la tête de Méduse est une provocation qui convient au monde de la psyché. Tous, psychologues, psychanalystes, psychiatres, psychothérapeutes, nous trouvons du bonheur dans Carnet Psy. Les clivages sont enfin dépassés et ce qui nous unit transcende les professions et les professions de foi. L'éthique tout d'abord, qui y est clairement exprimée, l'ouverture aux différents courants, l'inscription dans le temps et la société. Oui, Carnet Psy est aussi un merveilleux index historique, il décline à lui tout seul l'histoire des idées sur l'âme, l'homme, les théoriciens du fonctionnement psychique comme les professionnels de la folie ou du malaise dans la civilisation. Soulignons bien sûr les comptes rendus de lecture. Ils sont faits avec rigueur, humeur et humour. On y trouve les références, l'exposé des concepts et on se sent vraiment plus libre de se procurer l'ouvrage. Ensuite les dossiers, souvent de haut niveau : pour les psychologues, retenons celui de D. Castro sur l'examen psychologique, mais il y a eu aussi les états généraux de la psychiatrie, les deux numéros sur l'autisme, le guide des psychothérapies de D. Widlöcher, les hommages à S. Lebovici, à D. Anzieu, la parodie de M. Soulé que je n'ai pas pu m'empêcher de chanter (ah ! la "Saint-Nicolas des embryons", mais surtout, ce sont les "entretiens avec." qui sont toujours extraordinaires. J. Mac Dougall, J. Bergeret, M. de M'Uzan, J. Laplanche, autant de personnes uniques qui nous parlent d'elles et de leurs idées. Enfin, les petits à-côtés de Carnet Psy sont la touche affective regardée d'emblée par pur plaisir : le site web du mois, le temps qui passe... Il passe bien, la preuve nous en sommes à 100 !

Histoire d'une revue singulière par Manuelle Missonnier

En 1994, informer largement, regrouper les idées, c'était dans l'air du temps : naissance de France-Infos en 1993 (diffusion nationale en 98), inauguration de LCI en 1994 (diffusion continue en 2000). C'est en effet la volonté d'offrir aux professionnels un agenda raisonné et fédérateur qui est à l'origine de ce projet avec Serge Lebovici. L'idée d'y adjoindre une revue des revues, une liste des livres du mois, des comptes-rendus des parutions et de colloques s'y est naturellement greffée. Grâce aux compagnons de route de la première heure du comité de rédaction (Sophie de Jocas, Sylvie Gosme-Séguret, Sylvain Missonnier, Jean-François Rabain, Marianne Rabain, Richard Uhl et plus tard Marie-Frédérique Bacqué et Vassilis Kapsambelis), la revue s'est développée.

La spécificité de Carnet Psy, c'est qu'elle doit sa place à ses lecteurs qui, dès le début, ont montré un vif intérêt. Revue d'informations, d'échanges, de partage des idées mais aussi et ce n'est pas un détail, revue indépendante, Carnet Psy n'appartient à aucun groupe éditorial, à aucune société scientifique, à aucune association. Carnet Psy appartient à ses abonnés et aux professionnels qui y interviennent. En 1994, beaucoup de revues (en particulier celles destinées aux psychiatres) étaient diffusées gratuitement. Les autres appartenaient soit à un groupe éditorial ou à un groupement corporatiste. Dans ce contexte, seule l'obtention du statut de Revue de Presse délivré par la Commission Paritaire de la Presse garantissait l'indépendance. Organisme dépendant du cabinet du Premier Ministre, la Commission Paritaire de la Presse ne délivre un numéro que si l'on justifie des abonnements et d'une ligne éditoriale. C'est ce statut qu'a sollicité et obtenu Carnet Psy dès sa naissance. Je remercie les lecteurs qui, grâce à leurs abonnements, ont permis la naissance et le développement de cette revue.

Au fil de quelques dates :

- 1996 : Création du site Internet www.carnetpsy.com (Sylvain Missonnier) et en octobre 1998, création de la rubrique Le site web du mois (Eric Boissicat, Christian Robineau).

- juin 1996 : 1er dossier. Les dossiers marqueront un virage dans la politique éditoriale. Il s'agit à travers des témoignages théoriques, cliniques et informatifs de faire l'état des lieux d'un thème. Pour fêter ces dix ans, Marie-Françoise Dubois-Sacrispeyre des éditions Érès nous a proposé de publier une sélection de dossiers sous forme de livres qui paraîtront à la rentrée 2005 (Adolescence coordonné par A. Braconnier, L'attachement par B. Pierrehumbert, L'enfant instable par Fabien Joly, L'autisme par B. Golse et P. Delion).

- octobre 1997 : Carnet Psy quitte l'âge du nourrisson. Pour guider ses pas, Alain Braconnier, Bernard Golse, Serge Lebovici, Marie-Rose Moro, Daniel Widlöcher acceptent de constituer un comité scientifique et, surtout, de s'impliquer activement dans la politique éditoriale de la revue. Rejoints plus tard par Pierre Ferrari et Pierre Delion, ils en sont l'âme et la conscience. Je les remercie d'avoir contribué à l'élaboration de ces numéros mais surtout je les remercie pour leur si précieuse amitié.

- Février 1999 : Alain Braconnier débute une série d'entretiens avec les grandes figures de la psychanalyse (Pierre Fedida, André Green, Daniel Widlöcher, J. McDougall, Jean Laplanche, Annie Anzieu, Michel de M'Uzan, Alain de Mijolla, Jean Bergeret, Colette Chiland, Michel Soulé).

- Octobre 2004 : création d'un espace consacré à l'histoire de la psychanalyse Le temps qui passe par Alain de Mijolla.

- Octobre 2005 : le cadeau d'anniversaire de Daniel Widlöcher à Carnet Psy ; une nouvelle rubrique consacrée à la psychothérapie qui soit un espace de réflexions et d'informations.

La spécificité rédactionnelle de Carnet Psy, c'est que les comptes rendus de livres, de colloques, les entretiens, les recherches sont rédigés par des professionnels investis qui souhaitent faire partager leurs découvertes. Ils sont la marque de fabrique de la revue et je les remercie très chaleureusement. Dire d'abord que Carnet Psy, c'est un bureau à Boulogne-Billancourt mais aussi une imprimerie à Digoin (merci à Jean-Philippe Neuville, véritable allié qui fabrique la revue depuis 2000), une agence d'abonnement Interconnexion à Fenouillet, un routeur L'EPSM Le Vernoy à Montceau-les-Mines, un concepteur du site internet, Jean-Luc Théron et que ces partenaires sont indispensables à l'élaboration de la revue. Dire ensuite que Carnet Psy s'organise autour de deux permanentes et je remercie ici très sincèrement Estelle Chassot qui travaille pour la revue depuis 2002 et a pris en charge l'agenda, les parutions, la publicité. Son engagement, sa compétence et ses qualités humaines sont essentiels dans la construction de la revue. Dire enfin à Sylvain Missonnier, mon mari, combien son oeil inventif et critique m'est précieux. Et maintenant ? Garder le cap, bien sûr, mais ce n'est pas suffisant. Nous nous projetons dans la prochaine décennie avec la volonté de rendre la revue encore plus vivante et attrayante. Nous la doterons d'articles novateurs, de textes d'actualité, nous ouvrirons des espaces de réflexion et de débats et offrirons aux acteurs du soin psychique un large champ d'informations.