La Revue

L'enfant vulnérable
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°99 - Page 15 Auteur(s) : François Giraud
Article gratuit
Livre concerné
L'enfant vulnérable

Le complémentarisme psychanalyse/anthropologie tel qu'il a été défini par Georges Devereux est une démarche complexe. Dans cet ouvrage, Yoram Mouchenik apporte sans aucun doute une contribution originale à la compréhension du point de vue ethnopsychanalytique. L'auteur est inséparablement un psychologue et un anthropologue qui n'a pas dissocié les deux faces de son travail et cette étude en propose une illustration. Ici en effet, l'anthropologie joue un rôle central dans le travail clinique, elle n'est pas un simple adjuvant ou une discipline subordonnée à la psychanalyse qui devrait en rendre compte. Surtout Yoram Mouchenik livre le compte rendu d'une étonnante expérience de "psychologue nomade" soucieux d'aller au devant de l'information anthropologique tout autant que des paramètres individuels ou familiaux des situations qu'il est amené à traiter.

Préfacé par l'ethnologue de la Nouvelle Calédonie Alban Bensa et par Marie Rose Moro, chef de file de la psychiatrie transculturelle, le livre est en fait composé de deux parties. Dans la première, Yoram Mouchenik présente et décrit amplement son terrain ainsi que les conditions d'un travail qui n'est pas seulement celui d'un chercheur ayant des objectifs scientifiques mais d'un acteur engagé, ainsi qu'il se définit lui-même, sans dissimuler pour autant les problèmes que cela implique. "L'action research" en effet, qui s'appuie sur sa clinique pour élaborer et comprendre au-delà même de son engagement thérapeutique, est riche de questions. Devereux les avait lui-même précocement soulevées dans un ouvrage pionnier, De l'angoisse à la méthode mais elles interrogent aujourd'hui très largement le monde de l'anthropologie. Plus largement, l'auteur fait un examen très complet non seulement des problématiques méthodologiques et théoriques qui président à son travail mais aussi de l'ensemble des recherches qui ont été menées tant en anthropologie qu'en psychologie dans le domaine océanien et néocalédonien.

Le monde qui est le cadre du travail de ce livre a en effet, dès la fin du XIXème siècle, été un terrain privilégié de la réflexion anthropologique et psychanalytique, avec Malinowski, Róheim et leurs confrontations théoriques. L'auteur évoque dans les grandes étapes de la psychiatrie transculturelle la grande figure d'Henri Collomb, qui travailla en Afrique noire. Un long chapitre est aussi consacré à rappeler le cadre historique, géographique et social de la Nouvelle Calédonie. De ce lointain territoire d'outre-mer, le lecteur apprendra ici beaucoup, en particulier sur l'impact des missions protestantes et catholiques dans le développement de l'ethnologie, mais aussi sur les prises en charge sanitaires. Dans ce champ émergent les portraits attachants du Père Lambert et surtout de Maurice Leenhardt, bien que celui-ci ait été prisonnier d'un a priori culturaliste et idéalisant du monde kanak dont l'auteur se distancie nettement.

Le plus original de ce travail reste néanmoins, dans une deuxième partie, la présentation et l'analyse détaillée de trois entretiens cliniques menés par l'auteur avec des enfants ou des adolescents. A vrai dire, plus que d'entretiens proprement dits, il s'agit d'interventions thérapeutiques complexes où se combinent entretiens familiaux, enquête anthropologique, et rencontres individuelles. Yoram Mouchenik nous fait partager de manière très circonstanciée toute la complexité et la richesse de la démarche complémentariste et tout l'intérêt d'un tel parcours. L'approche ethnographique permet ainsi de saisir les enjeux familiaux et sociaux des troubles psychopathologiques. Nous pouvons suivre pas à pas les rencontres de l'auteur, psychologue aux prises avec les différentes dimensions de ce que l'on pourrait appeler une clinique totale. "Dans la société kanak, dit-il, la maladie, la difficulté, le trouble sont rarement isolables et dissociables de la vie sociale dont ils représentent un des aspects. Il est vite apparu que des interrogations sur le foncier, les migrations, l'histoire, la généalogie, etc. étaient aussi importantes que d'autres questions." Aussi les "conversations familiales à domicile" deviennent-elles le pivot central et la maison le lieu principal de l'activité du thérapeute qui doit par conséquent se faire accepter par le don coutumier, condition de l'alliance thérapeutique. Le lecteur suit alors les entretiens et saisit l'importance des contentieux, des affrontements claniques, des étiologies contradictoires que le psychologue doit parfois s'en aller chercher très loin, auprès d'aïeules détentrices de longues histoires conflictuelles. Aussi dans un tel contexte, rappelé par Alban Bensa dans sa préface, une psychothérapie individuelle se construit-elle par rapport à un examen très largement transindividuel qui met en jeu de manière emblématique les étiologies traditionnelles de la sorcellerie. Yoram Mouchenik en montre très bien, dans le troisième entretien, la signification et l'articulation au contexte familial.

Ce livre constitue donc un excellent outil pour toute approche de la psychothérapie transculturelle. Une telle pratique, bien qu'elle apparaisse souvent bien éloignée de la psychanalyse classique, débouche nécessairement sur une réflexion renouvelée sur les pratiques cliniques avec des patients porteurs d'autres cultures que la culture occidentale où l'individu et la communauté sont profondément imbriqués. Il serait très regrettable que cette démarche, aux confins des disciplines, ne soit pas considérée dans toute sa valeur, car elle remettrait en cause les habitudes. Nul clinicien en effet, confronté à des patients "venus d'ailleurs", ne peut faire l'impasse sur le contexte culturel, en ne se référant qu'à une clinique universaliste. On ne peut en effet faire l'économie d'être dérangé par la singularité de "l'autre", sauf à prendre le risque de tourner à vide, faute d'avoir recherché les conditions d'une alliance thérapeutique, qui ne se donne pas sans effort. Le livre de Yoram Mouchenik offre bien au contraire une voie d'approche nouvelle et très élaborée dont le lecteur saisira sans mal toute la portée heuristique.