La Revue

International Neuro-Psychoanalysis Society (NEURO-PSA)
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°97 - Page 41 Auteur(s) : Sylvain Missonnier
Article gratuit

www.neuro-psa.org.uk/npsa

Le jeudi 10 février dernier à l'hôpital Necker, la WAIMH francophone (www.psynem.necker.fr/Waimh/Francophone) a vécu un temps fort à l'occasion du congrès intitulé Le concept anglo-saxon de neuro-psychanalyse : intérêts et limites co-organisé avec l'Association Psychanalyse et Psychothérapie (APEP) et les Séminaires Pierre Royer. Deux amphis pleins ont plébiscité l'initiative de Lisa Ouss, Daniel Widlocher et Bernard Golse.

Tout au long de la journée, les différents intervenants ont exploré les vices et les vertus du trait d'union entre neurosciences et psychanalyse. Du point de vue épistémologique cette rencontre ne va pas de soi. Elle s'accompagne de polémiques passionnantes et complexes. Au-delà du magnétisme exercé par ces débats qui peuvent sombrer dans une sophistique paralysante, c'est le vivant laboratoire de la clinique qui a été pointé comme la meilleure mise à l'épreuve de la pertinence de ce paradigme bicéphale. D. Widlöcher a conclu la journée en nous invitant à nous investir dans des groupes de travail dédiés à la clinique où d'authentiques compétences en neurosciences et en psychanalyse se confrontent et découvrent sans a priori leurs possibles articulations théoriques, leur synergie thérapeutique et leurs irréductibles spécificités.

Pour s'aventurer dans cette direction novatrice, il y a fort à parier que le site Internet de l'International Neuro-Psychoanalysis Society fondée en juillet 2000 à Londres va jouer un rôle éminent. Sous la houlette de Mark Solms, pionnier du croisement de la psychanalyse et des neurosciences et de Jaak Pankseep, un neuroscientifique travaillant sur l'émotion, cette société est à l'origine de l'émergence puis de la pérennité du concept de neuro-psychanalyse. La visite de ce site démontre combien elle a fait preuve d'une grande créativité depuis sa création.

À condition de lire la langue de Shakespeare, l'internaute peut en juger en s'initiant dans cet espace foisonnant aux fondamentaux qui régissent cette filière théorico-clinique inédite. La présentation des objectifs de la société correspond finalement à une excellente introduction à la neuro-psychanalyse anglo-saxonne. Une bibliographie internationale très fournie permet de s'orienter dans une littérature déjà très abondante. Le journal de la société, Neuro-Psychoanalysis, paraît deux fois l'an depuis 1999 et s'est imposé comme le meilleur ambassadeur de la société. Tous les sommaires sont directement consultables et il est possible de commander les anciens numéros, de s'abonner en basculant sur le site bien connu des psys anglophones, Karnacbooks.com. Un catalogue de liens congruents élargit le panorama. Une revue de presse permet d'accéder à des textes de vulgarisation parfois bien utiles pour sensibiliser un public profane (on y trouve même l'article du journal Libération du 16 décembre dernier !). Enfin, un agenda des activités scientifiques de la société et des 25 groupes régionaux affiliés complète l'éventail. Prochaine rencontre essentielle à l'horizon : le sixième Congrès annuel International Dreams and Psychosis. Il se déroulera au Brésil à Rio de Janeiro du 24 au 27 juillet 2005. Les actes des congrès de 2000 et 2001 sont disponibles en ligne sous forme "papier" et celui de 2004 en DVD. Les actes de 2003 donneront lieu cette année à la publication d'un ouvrage.

Souhaitons aux professionnels hexagonaux investis dans ce chantier prometteur de s'inspirer librement des ouvertures apportées par cet espace original pour s'engager à leur tour dans un débat local qui, à n'en pas douter, dynamisera la recherche clinique ici et maintenant.