La Revue

Histoires de psychiatrie infantile
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°112 - Page 19-20 Auteur(s) : Gérard Schmit
Article gratuit
Livre concerné
Histoires de psychiatrie infantile

Michel Soulé

Parmi de multiples publications pédo-psychiatriques, l'évènement littéraire de cette année sera, sans conteste, Histoires de Psychiatrie Infantile de Michel Soulé. Il faut parler un peu de l'auteur. Certes, tout le monde connaît déjà ses multiples compétences et ses grandes qualités : c'est d'abord un des fondateurs de la discipline. Il a contribué à donner à la psychiatrie infanto-juvénile une réelle spécificité, la démarquant de ses origines floues aux confins de la pédiatrie, de la rééducation et de la psychiatrie générale. C'est un remarquable "enseignant-chercheur" et un clinicien hors pair, attentif, dans leurs aspects les plus concrets, aux effets de l'inter-subjectivité reliant enfants, parents et professionnels, ne réduisant jamais le sujet enfant à sa pathologie, encore moins à ses symptômes, prenant en compte la complexité des identifications circulant entre tous les protagonistes de toutes situations à visée thérapeutique.

Le livre : 460 pages, 28 chapitres, chacun composé d'un article de longueur variable, de 7 à 77 pages, soit des articles inédits, soit des articles publiés antérieurement mais ayant une place importante dans l'oeuvre de l'auteur. Trois histoires traversent ce livre : l'évolution scientifique et clinique de Michel Soulé, le développement d'une institution, celle des fameuses Journées scientifiques du XIVème, et puis, en fond, l'histoire de la pédopsychiatrie des années 50 à aujourd'hui, se construisant avec son ancrage dans la psychanalyse. Il est impossible de rendre compte de tous les thèmes abordés. Certains sont centraux à la discipline : l'autisme, les enfants dits cas sociaux, l'adoption, les fantasmes parentaux, l'institution de soins et les fantasmes des professionnels, etc. d'autres rendent compte du rôle de défricheur de Michel Soulé qui a ouvert de nouveaux domaines d'investigation dont la psychopathologie foetale, la fonction grand-parentale, les filiations par procréations médicalement assistées. d'autres enfin témoignent de l'insatiable curiosité de l'auteur : le cirque, l'opérette, l'origine de l'éternité, la place des animaux auprès de l'enfant, etc...

Ce livre constitue donc un document pratique pour tous les lecteurs qui pourront découvrir des textes fondamentaux et la richesse d'une pensée résolument clinique. Ce livre, soit dit en passant, constitue une belle réponse à tous les détracteurs actuels de la pédopsychiatrie d'inspiration psychanalytique. Rien chez lui de dogmatique, ou de plaqué, à la manière d'une rationalisation secondaire. Michel Soulé est un intellectuel qui n'intellectualise pas, mais qui observe, s'implique, ressent, transcrit et interprète. Même lorsqu'il propose des axiomes de portée générale, par exemple : " il faut que le couple ait un phallus commun" ou encore "l'équipe institutionnelle a un souhait profond : détruire tous les enfants et vivre enfin, tranquillement rassemblée, la haine étant abolie", sa réflexion est partie d'une expérience concrète, s'est efforcée de n'éliminer aucune donnée, même choquante ou pénible, s'est dirigée logiquement vers la conclusion axiomatique qui s'impose. Il s'agit alors d'une construction le plus souvent subtilement polysémique, et non d'un énoncé absolu, au service de dogmes identitaires. Michel Soulé montre bien comment la théorie psychanalytique peut être utilisée comme un outil enrichissant et approfondissant la perception du monde et non comme une idéologie globalisante ayant réponse à tout. Il montre qu'elle ouvre à de nouvelles questions, concernant aussi bien le fonctionnement intra-psychique que les relations inter-subjectives et le lien social. Michel Soulé est vraiment un psychanalyste de la vie, avec ou sans divan, tenant toujours compte des effets des contextes d'observation et des situations socialement ou professionnellement définies.

Deux articles doivent être lus avec attention, Le grand renfermement des enfants dits "cas sociaux" et L'enfant qui vient du froid -car ils développent, bien en avance sur leur temps, des problématiques qui se sont confirmées et qui gardent actuellement la même acuité. Un article inédit, Le secret de Polichinelle est à lire d'urgence par tous les psys : à partir de l'historiographie de Polichinelle et de la distinction entre la comédie dell'arte et la comédie soutenue, l'auteur pose la question des limites entre l'investigation abusive -et ses racines pulsionnelles- et l'accompagnement du patient dans une recherche ouverte. et ludique, tant Michel Soulé pense en jouant et joue en pensant. Dans cet article, revient le thème du roman familial. "Le roman familial est un fantasme conscient de l'enfant, élaboré vers l'âge de 5-6 ans et dont la dynamique joue un rôle essentiel dans la relation à ses parents". Pour atténuer et mettre à distance les émois angoissants du conflit oedipien, "il s'imagine enfant trouvé, né de parents idéaux, puissants et bons. Parfois il pense que sa mère est sa mère véritable, mais il destitue son père, au profit d'un autre personnage vague, lointain et sublime". Ceci est parfois la racine de sa vocation ultérieure. Mais au fond, Michel Soulé, quel est votre roman familial à vous ? Êtes-vous le fils d'un grand médecin arabe, d'un doge vénitien, ou d'un comédien de renom ? Votre mère, elle, c'est sûr, savait tricoter et faire des confitures. Elle vous a transmis l'aptitude à éprouver de la joie et à la communiquer. Tous vos élèves, mais aussi vos lecteurs, vous en seront reconnaissants.