La Revue

Les parents d'aujourd'hui
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°83 - Page 26 Auteur(s) : Dana Castro
Article gratuit
Livre concerné
Les parents d'aujourd'hui

Cet ouvrage regroupe les Actes du colloque Adolescents/ Adolescentes et engage un débat pluridisciplinaire sur la question de la parentalité. Le fil conducteur de ce texte est que la notion de parentalité recouvre des réalités complexes, en perpétuelle reconstruction. Les auteurs mettent en évidence ses différentes facettes et analysent l'impact des modifications opérées dans les familles à la suite des mutations économiques et sociales. Des questions essentielles émaillent le texte, dont les réponses permettent de structurer la réflexion sur la parentalité. Les parents d'aujourd'hui sont-ils différents des parents des générations précédentes ? La réponse de l'ensemble des auteurs est sans aucun doute : oui. Car, dans la famille contemporaine, les relations affectives, la logique des sentiments semblent avoir pris le pas sur la contrainte et la norme. La norme de la famille relationnelle (selon une expression de François de Singly) est celle de l'authenticité et de l'autonomie. La démocratie est rentrée dans les familles, exigeant que chaque membre soit pris en compte dans son individualité.

Dans ce nouveau modèle de fonctionnement, l'investissement des enfants est plus intense (M. Gruère-Arnaud). "L'enfant est celui qui donne sens à la vie, il est objet de d'attention et de sollicitation". Et de ce fait, peut-être plus qu'à aucun autre moment de l'histoire, les parents d'aujourd'hui sont concernés par l'avenir de leurs enfants. Ils ne souhaitent pas simplement avoir un enfant qui réussit et qui les honore, mais aussi un enfant heureux, assertif, fort, bien dans sa peau. Le comportement parental a une immense influence sur le comportement et la structuration des enfants. M. Gruère - Arnaud explique comment les nouveaux modèles de vie familiale obligent à remettre en question la parentalité dans son ensemble, par rapport aux identifications sociales et collectives.

Les parents d'aujourd'hui sont-ils importants à l'adolescence ?

Les familles avec des adolescents ont à faire face à des défis et des événements uniques à cette étape du cycle de vie et notamment au début du processus de séparation. La communication se modifie, les uns ne comprennent plus tout à fait les autres. Parents et enfants vivent dans des mondes différents. La réponse de Marie Choquet est cependant positive. A cette étape de la vie, "pour les jeunes, la famille reste une valeur refuge, car les parents interviennent lors des accidents de parcours, déscolarisation, chômage, rupture amoureuse". La famille est un cocon dont il est difficile de se séparer.

De leur côté, les adolescents demandent à leurs parents d'être plus disponibles et plus patients et de se polariser moins sur les résultats scolaires. Ils leur demandent aussi d'avoir un meilleur moral. Si à cette époque de la vie, la famille est une valeur refuge, comment quitter ses adolescents ? questionne Ph. Jeammet. A l'adolescence une tâche primordiale des parents c'est de préparer le jeune à quitter la famille et à vivre par lui-même. Les besoins sociaux, cognitifs, de stimulation, d'expérimentation, sont indispensables pour accéder à l'autonomie. L'absence ou au contraire, le surinvestissement de l'un ou de plusieurs de ces besoins peut entraver sérieusement le développement de l'adolescent. Et pour Ph. Jeammet, certains parents ont du mal à quitter leurs adolescents, difficulté qui se manifeste à travers un discours paradoxal implicite : "ce qui est bon, la sécurité se trouvent à l'intérieur de la famille". Cette difficulté peut aboutir à des problèmes de séparation, qui se présentent sous la forme d'angoisses typiques ou de manière plus indirecte.

Quelles sont les inquiétudes des parents d'aujourd'hui ?

N. Catheline analyse un souci majeur des parents d'aujourd'hui, celui qui tourne autour de la scolarité. La réussite dans ce domaine permet d'attribuer à chacun une place dans la société. L'importance sociale prise par la scolarité exacerbe l'inquiétude des parents et renforce les liens parents -enfants. L'auteur décrit les liens qui se tissent autour de ce sujet, liens anxieux ou d'opposition. "Le lien anxieux maintien coûte que coûte l'adolescent du côté de l'enfance, a des répercussions sur l'attitude vis-à-vis des études. La tendance à la procrastination donne aux adolescents l'illusion de la séparation". Le lien d'opposition indique la difficulté pour l'adolescent à se soumettre à une contrainte. Le plaisir n'est pas une valeur reconnue par les parents, sauf la souffrance via l'effort est reconnue comme telle. A cause de ce phénomène de société, les parents ont un rôle important à jouer, affirme M. Bader. Un rôle de médiation entre l'élève et l'école pour faire accepter l'école par l'enfant et pour protéger l'enfant de l'école.

Que faire si la parentalité est en crise ou si elle est mise à mal ?

Si crise il y a indique, C. Chiland, il s'agit plus "d'une crise du modèle qu'une crise des liens". Si crise il y a, elle implique l'existence de souffrance des deux côtés, tant du celui des adolescents que du celui des parents. Car selon V. Delvenne, "le travail adolescent n'est plus simplement le travail d'un sujet, mais le travail d'un groupe familial". Et dans des contextes d'intense souffrance, des prises en charge spécialisées sont nécessaires, même si l'adolescent n'a pas de demande personnelle. Cet auteur passe en revue les différents modes de prise en charge, allant de l'hospitalisation, lorsqu'il s'agit d'éloigner le jeune du système familial à l'approche familiale, tout en indiquant leurs intérêts et leurs limites. J.M. Forget étudie, quant à lui, "ces drôles de demandes, de soins, où l'adolescent montre un trait de lui-même dont il ne veut rien savoir, qu'il ne veut pas reconnaître ou dont il récuse la portée".

La lecture de cet ouvrage est agréable, les textes sont très accessibles, clairs et bien construits. Se dégage de l'ensemble, une série de pistes pertinentes de réflexion qui pourraient conduire les intervenants auprès d'adolescents à questionner, dans cette optique, leurs pratiques habituelles. A partir d'éclairages différents, le lecteur retient l'idée, que malgré les crises et les mutations sociétales, les parents d'aujourd'hui se sentent responsables de leurs enfants, sentiment unanime perçu et interprété avec plus ou moins de lucidité.