La Revue

L'haptonomie. Introduction de Frans Veldman
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°72 - Page 20-21 Auteur(s) : Pascale Rossigneux-Delage
Article gratuit
Livre concerné
L'haptonomie

Dominique Décant-Paoli, pédopsychiatre et haptopsychothérapeute, vient d'écrire un « Que sais-je ? » sur l'haptonomie, fondée par Frans Veldman pendant la deuxième guerre mondiale et introduite en France en 1980. Cet ouvrage rend cette science de l'affectivité et du contact accessible à la compréhension de ceux qui en ont déjà entendu parler et souhaitent la découvrir avec les limites de l'écriture par rapport au senti. Il permet d'évaluer l'apport de l'haptonomie dans des domaines très différents ayant comme point commun l'épanouissement de l'affectivité chez l'humain. Comment une personne peut-elle développer ses facultés affectives de perception ? Pourquoi est-ce si important ? Qu'en est-il de la présence affective spécifique de l'approchant (l'approché étant la personne contactée) et de son contact psychotactile affectivo-confirmant ? Comment peut-il intégrer cette approche dans sa propre fonction (médecin, sage-femme, psychiatre, psychologue.) ?

A la source de l'affectivité humaine est l'hapsis, l'intelligence de base, le principe vital qui considère la psyché et le soma comme une globalité et qui est à l'origine de la vie affective. En effet, l'haptonomie considère l'être humain comme une entité indivisible, une intégralité qui se révèle en tant que corporalité animée. C'est grâce à un sentiment fondamental de sécurité de base pleinement vécue que l'individu pourra percevoir vraiment (faculté d'aperception). Chacun se communique par la représentation de soi, par l'expression intégrale de lui-même. La corporalité animée de rencontre, c'est à dire la manière dont nous signifions notre présence à l'autre, est primordiale. C'est la confirmation affective de l'être par son entourage qui va permettre à la libido vitale de s'épanouir : il peut se vivre comme Bon en soi et peut de ce fait engager des relations et des contacts affectifs en apprenant à aimer autrui.

« A tout moment de l'existence, de la conception à la mort, confirmer autrui dans son existence, c'est le reconnaître, l'estimer et l'affermir dans le Bon qu'il représente ou peut devenir » (p.34). C'est la promesse offerte à l'enfant à naître, au cours du travail prénatal avec lui et ses parents. C'est ce qui est possible et peut encore permettre à un être de mûrir et d'accomplir les derniers moments de sa vie, dans l'accompagnement haptonomique de fin de vie. C'est la proposition haptopsychothérapeutique d'amener l'individu à développer l'authenticité de sa personne en faisant apparaître son essence en activant son intentionnalité vitale. L'objectif étant de l'amener à s'autoriser à ressentir ce à quoi elle aspire profondément, le lui rendre intelligible et développer ainsi un état de sécurité de base stable qui la rend autonome. C'est petit à petit dans ce sentiment de complétude que se développera « un Moi-conscient qui remplace et recouvre la nudité de l'Ego initial » (p. 37). Cela est possible si l'approchant dispose d'un contact psychotactile sécurisant et affectivo-confirmant (toujours à nourrir et exercer).

La confirmation affective de l'être offre à l'humain la possibilité de se dévoiler dans l'affectivité comme art d'être, être-là ouvert au monde. Les effets sur le psychisme en sont importants. C'est la façon dont on se rencontre dans la réciprocité qui a des effets maturatifs sur le senti et sur la représentation de soi-même au monde. Il n'est alors pas forcément indispensable de connaître, d'entendre les causes de l'histoire individuelle.

L'être humain dispose ainsi de six facultés de représentation (p. 47) déterminant sa manière propre de faire face au monde et d'y participer. On peut définir, à partir de l'expression de ces facultés, des dysfonctionnements qui orientent la compréhension de la problématique de la personne et permettent de la guider. Au cours du travail haptonomique, l'approché pourra découvrir une nouvelle manière d'être, plus stable et authentique. Son tonus de représentation sera modifié, entraînant un meilleur seuil de tolérance de charge aux défis de la vie. Les observations haptonomiques de l'être humain se représentant au monde ont permis de décrire quatre manières existentielles humaines de vivre (p. 53), révélant une existence limitée ou, au contraire, un art d'être désentravé. Cela dépendra de sa maturation psychique et de son essentialisation de soi ; « toute la conceptualisation de la pensée haptonomique vise à décrire comment l'humain communique et quel saut qualitatif et quantitatif se produit dans ses facultés de représentation lorsqu'il passe d'un registre rationnel à un registre affectif d'interaction avec autrui ». (p. 61) ; « Plus un être humain peut oser déployer son affectivité, plus cela modifie son être-au-monde. Plus il déploie ce qui est authentiquement, singulièrement son essence, plus il dépasse ses limitations. Plus il vit ouvert au monde, plus il est en sécurité en étant capable de partage et de solidarité » (p. 62).

« Pour comprendre ce qu'est l'haptonomie, il faut la saisir dans toute sa dimension d'approche affective au cours de toute la vie, de la conception à la mort, dans toute la complexité de sa pensée et dans toute la richesse de sa palette d'applications méthodologiques ». (p. 73).

Dans la deuxième partie de ce précieux ouvrage sont présentées les différentes applications de l'haptonomie : 

  • L'accompagnement pré- et post-natal haptonomique des parents et de leur enfant va favoriser le développement des liens affectifs dans la triade et permettre à l'enfant de développer un sentiment de sécurité essentiel pour l'épanouissement de soi et le développement de son individualité. C'est une grande occasion de maturation de la relation affective dans le couple, et un véritable appel à l'intentionnalité vitale de chacun dans ce grand événement. « L'accom-pagnement haptonomique autour de la naissance constitue pour l'être humain la première pierre angulaire de la construction de la maison du soi, dans le réel de la corporalité animée de rencontre, la trinification symbolique précoce du lien et la continuité affective de la sécurité de base qui accompagne l'avant-, pendant et après-naissance » (p. 84).
  • L'hapto-obstétrique s'adresse aux sages-femmes et aux obstétriciens pour leur action autour de l'accouchement et de la naissance.
  • L'haptopuériculture permet aux infirmières en néonatologie, en pédiatrie, aux puéricultrices, d'assurer une approche psychotactile affectivo-confirmante du nouveau-né et de l'enfant au cours de la 1re année.
  • L'haptopédagogie décrit les différentes étapes du développement de l'enfant, de la 2e année à la puberté, selon les critères et la conception de la croissance de l'être humain, dans la logique du développement bien conduit et soutenu d'une hapsis bien développée. Il s'agit de guider l'enfant sur son chemin de croissance et d'épanouissement, d'aider ses parents à le comprendre, à favoriser l'épanouissement de ses dons et capacités, à accepter qu'il trouve ses propres aspirations selon sa personnalité.
  • L'haptopsychothérapie « vise à aider la personne à établir, retrouver, restaurer ou développer une santé psychique bien développée ». Le thérapeute ne se centre pas sur les causes de l'aliénation du patient, mais fait dans cette rencontre un appel à la manière d'exister du patient ; il sera confronté à ses positionnements, comportements dans le présent de la relation thérapeutique à partir du contact affectivo-confirmant. Ceci pourra l'amener petit à petit à se libérer des entraves de son histoire pour développer sa sécurité de base et de ce fait oser vivre le plaisir de s'exprimer affectivement dans la rencontre avec les autres.
  • L'haptosynésie optimise et humanise la relation entre le soignant et le patient au cours des soins de personnes handicapées ou malades.
  • L'accompagnement des personnes âgées et des mourants permet la confirmation affective de la personne mourante et de la famille ; « possibilité humaine de donner sens à l'étape ultime de la vie de telle sorte que, dans un dernier élan de l'intentionnalité vitale, le mourant puisse choisir le moment où il exhale son dernier son dernier souffle » (p. 108).

« L'haptonomie est une réponse et une offre adéquates à nombre de problématiques et de souffrances actuelles dans les champs de l'enfance, de la pédagogie et de la Santé publique. Elle représente ainsi un développement important dans l'évolution de l'humanité, répondant aux problèmes des interactions humaines propres à notre ère : Il est grand temps en effet pour notre société humaine de 'redécouvrir l'humain' et de faire épanouir plus profondément les valeurs de l'affectivité » (p. 3).

Merci à Dominique Décant-Paoli d'avoir réalisé cette belle synthèse introductive de l'ouvre de Frans Veldman et d'en avoir repris les concepts et les nombreux champs d'application avec une élégance et une intégration admirables.