La Revue

Travailler avec les groupes d'enfants
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°110 - Page 29 Auteur(s) : Natalie Bayle
Article gratuit
Livre concerné
Travailler avec les groupes d'enfants
Approche thérapeutique

Pierre Privat, Dominique Quelin-Soulignoux Travailler avec les groupes d'enfants Approche thérapeutique Editions Dunod, 2005, 182 pages, 23 e. De nombreuses institutions de soins pour enfants et adolescents ont recours à des pratiques groupales. A côté des psychothérapies de groupe se référant à la théorie psycha-nalytique, il existe aussi une grande diversité de dispositifs : groupe d'expression, de socialisation, de contes. dont on peut se demander quelle est la finalité : "adaptation", "régulation émotionnelle" ou "remaniement psychique".

Les auteurs, s'appuyant sur leur double expérience de praticiens et de formateurs à l'Institut de formation du C.I.R.P.P.A. (Centre d'Information et de Recherche en Psychologie et Psychanalyse Appliquées) s'attachent à mettre en évidence les effets positifs de la dynamique groupale dans toute situation réunissant des enfants ou des adolescents et un ou plusieurs adultes. L'intérêt du groupe étant en fait de permettre une double approche : celle de la dimension groupale certes, mais aussi celle de la problématique individuelle. Ils déplorent les indications trop fréquemment posées par défaut : trop de demandes, pas assez de thérapeutes, absence d'indication pour un travail individuel. et proposent au contraire de considérer la mise en groupe comme une possibilité thérapeutique à part entière devant être préalablement mûrement réfléchie. Encore faut-il alors être sensibilisé aux particularités du fonctionnement groupal ; c'est à cela que les auteurs vont s'attacher en nous faisant partager leur longue pratique des groupes par le biais de nombreuses vignettes cliniques illustrant leur théorisation sous-jacente : toute mise en groupe réveille chez l'enfant la peur de l'inconnu et induit classiquement des mouvements régressifs et d'excitation libidinale. Se centrant donc prioritairement dans un premier temps sur la constitution d'une enveloppe groupale protectrice, P. Privat et D. Quélin-Souligoux privilégient les interventions groupales autour du "tout pareil" et du "tous ensemble". Ils insistent sur l'importance de l'investissement positif du groupe par les enfants : après un premier temps angoissant où le groupe est perçu comme un lieu inorganisé mettant en danger l'identité de chacun et traversé par des fantasmes archaïques de vide, de morcellement et de persécution, les enfants peuvent peu à peu utiliser le groupe comme le lieu d'une aide possible (étayage sur les pairs, jeu des identifications, élaboration de nouveaux rapports à l'adulte). Bien entendu, le chemin est long pour en arriver là mais permet la constitution d'une histoire commune ouvrant la voie, dans un second temps, à une approche plus individualisée de chaque participant. Chacun des enfants peut alors à la fois utiliser la "fonction soignante" de l'adulte mais aussi "prendre conscience de la part active qu'il peut jouer dans la fonction thérapeutique du groupe".

Après que ces bases aient été posées, chaque praticien aura à choisir son "cadre-dispositif" en fonction, entre autres, de sa formation, des objectifs qu'il se donne, de l'âge et des pathologies des enfants, du contexte institutionnel. Il n'y a en la matière que du "sur-mesure", qu'il s'agisse par exemple du choix de la mono ou de la co-thérapie, de groupe ouvert ou fermé, des médiations utilisées quelles qu'elles soient. Il est également nécessaire d'avoir à l'esprit que les groupes d'enfants mobilisent toujours profondément le psychisme du thérapeute : sa capacité "à prendre contact avec ses parties infantiles, à se mettre au diapason des états émotionnels vécus dans le groupe" lui permettra de trouver la bonne distance relationnelle favorisant le déploiement du processus groupal. Ceci est bien entendu à mettre en lien avec la souplesse et la créativité du thérapeute mais pose également la question d'une formation spécifique.