La Revue

Les chemins de la pensée
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°56 - Page 34 Auteur(s) : Christian Robineau
Article gratuit

Lorsque nous pensons abstraitement, nous courons le risque de négliger les relations des mots aux représentations de choses inconscientes et l'on ne peut nier que notre philosophie revêt, dans son expression et dans son contenu, une ressemblance qu'on n'eût pas désiré lui trouver avec la façon dont opèrent les schizophrènes."

Bien qu'il eût avoué de petites tendresses pour, entre autres, Nietzsche et Schopenhauer, Freud ne s'est jamais montré avare de railleries à l'égard de ce qu'il considérait comme un manque d'intérêt pour la réalité empirique manifesté par la pensée philosophique. En témoigne par exemple son article sur "L'inconscient", cité plus haut. Pourtant, peut-être eût-il été indulgent avec Patrice Deramaix, dont le site personnel frappe au contraire d'emblée par son souci pratique, voire technique. Du "dissertoire philosophique", exposant la meilleure manière de réaliser une dissertation, à la minutieuse méthodologie de recherche d'informations sur Internet, en passant par une riche liste de liens vers une centaine de sites philosophiques ou un guide de l'enseignement et de la pratique philosophiques en Belgique, le visiteur trouvera ici de précieuses indications. Mais ce goût pour le réel s'exprime également dans les travaux de l'auteur, en prise avec l'actualité sociale, éthique ou politique : ainsi des textes sur la désobéissance civile ou le rapport public/privé sur Internet, de l'étude critique sur un projet néo-zélandais visant à accorder aux grands singes un statut juridique égal à celui de l'homme, ou du dossier sur l'euthanasie. Ceci expliquant peut-être cela, Patrice Deramaix nous propose un lien vers un autre site dont il est l'animateur, et qui est consacré à l'École de Francfort...

Mais on peut être enclin à chercher aussi la clé de ce penchant pour une philosophie antée dans l'empirique du côté du métier de l'auteur : bibliothécaire-documentaliste. Porter, palper, classer les livres le jour, les lire la nuit : une double vie, en somme. Schizophrène, eût dit Sigmund ?