La Revue

Le féminin
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°54 - Page 27 Auteur(s) : Olivier Ouvry
Article gratuit

 Paris, 25-26 mars 2000.

La question du féminin à l'adolescence se pose à partir de travaux que l'association Le Bachelier, Institut de Psychanalyse de l'Adolescence, a souhaité regrouper lors d'un colloque organisé à Paris les 25 et 26 mars 2000.

Cette association, créée à l'initiative de Jean-Jacques Rassial en 1999 (avec Patrick Delaroche, Olivier Douville, Christian Hoffmann, Didier Lauru, Serge Lesourd, Jeau-Paul Mouras), a pour projet de fonder un cadre où sont posées en même temps les deux exigences d'une théorisation de l'adolescence qui prenne en compte les enseignements de Freud et de Lacan et d'une nécessaire formation des analystes qui acceptent de confronter leur pratique à la vivacité de ces processus adolescents. Les objectifs sont, d'une part, de favoriser la rencontre de ceux qui inscrivent, sous ces mêmes références, leurs recherches sur cet objet : "une opération adolescente" -qui transcende une tranche d'âge anatomiquement ou sociologiquement déterminée-, et, d'autre part, de proposer un cursus cohérent et complémentaire de formation des analystes à une pratique dont l'économie et la dynamique, d'abord spécifiques, éclairent aussi la cure de l'adulte.

Parmi les activités de cette association figure l'organisation de colloques qui donnent lieu à une publication des actes. Ainsi, chez Erès (collection Le Bachelier) vient de paraître : Sortir : l'opération adolescente, sous la direction de J.-J. Rassial.

Un ensemble d'intervenants -par ordre d'intervention : Jean-Jacques Rassial, Elisabeth Roudinesco, Jacqueline Schaeffer, Claude-Noëlle Pickman, Philippe Lévy, Serge Lesourd, Christiane Lacôte, Paul-Laurent Assoun, Christian Hoffmann (auxquels il faudrait ajouter les discutants, les Présidents de séance et les intervenants aux tables Rondes)- a présenté l'état actuel des réflexions sur la question du féminin à l'adolescence, à partir de la proposition de Freud énoncée en 1923 (L'organisation génitale infantile, in La Vie Sexuelle) d'une différenciation masculin/féminin comme stade ultime des oppositions entre les sexes mise en place seulement à partir de la puberté.

Alors que lier la reconnaissance de l'Autre sexe au passage pubertaire et adolescent n'avait pas reçu, à l'époque de Freud, un accueil favorable, autant de la part de la communauté analytique que des mouvements sociaux, la question s'ouvre aujourd'hui du féminin comme spécificité du temps pubertaire, c'est-à-dire comme effet du réel corporel introduit par les transformations physiologiques de la puberté et comme apport pour chacun de cet Autre sexe qui fait défaut dans l'enfance référée exclusivement au "phallique".

La richesse des différentes interventions (allant des aspects historiques de la théorie analytique sur le féminin, à des apports spécifiquement articulés avec la problématique pubertaire) et des réactions qu'elles ont pu susciter de la part des différents participants -au sein d'une ambiance conviviale et de travail- ne peut être détaillée ici et donne tout son intérêt à la publication en préparation.