Carnet/Psy n° 105 : La maison des adolescents

Paru le 2006-02-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

La greffe
Amour, identité et changement
Troubles bipolaires - L'anxiété généralisée
Une vie de correspondances, 1938-1988
La part du rêve dans les institutions
Lacan et Kierkegaard
Ca va pas fort à la maison
Le goût de vivre
Psychologie clinique (tome 2)

À PROPOS DE

Constructions en analyse, constructivisme, analogies et différences

DOSSIERS

La maison des adolescents : La Maison des adolescents d'Avicenne, Casita
La maison des adolescents : Des adolescents et des familles avec des besoins, des partenaires institutionnels en grande demande. L'apprentissage de la complexité et de la complémentarité
La maison des adolescents : Présentation du réseau de partenaires de la Maison des adolescents d'Avicenne

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

Le temps qui passe...

LE SITE DU MOIS

Sparadrap

ÉDITORIAUX

Petit éloge de maisons des adolescents ou pourquoi des lieux spécifiques pour soigner les adolescents ?

Pourquoi faut-il des lieux spécifiques pour accueillir les adolescents et les soigner, des lieux à leur image ? Pourquoi des Maisons des adolescents ? D'abord parce que cela renouvelle notre approche, nous oblige à penser autrement ces adolescents dont personne ne voulait, il y a encore peu de temps, ni plus tout à fait enfants, ni pas encore tout à fait adultes. Des êtres étranges et sublimes en devenir. Il faut modestement admettre que nous devons mieux faire dans ce domaine et être plus pragmatiques.

Alors, oui, l'idée s'est imposée de construire des lieux d'accueil ouverts sur la ville pour tous les adolescents quelles que soient leurs questions, leurs souffrances, leurs douleurs, leurs couleurs, leurs fragilités ou la destructivité qui les habite. Une unité de lieu pour contenir des pensées plurielles, pour permettre à la fois une consultation pluridisciplinaire, le corps, l'esprit, les choses de l'école, l'accès aux droits, un lieu aussi pour trouver des voies d'expression même quand les mots sont douloureux ou qu'ils manquent. Une maison des adolescents c'est encore un lieu de soins individuels, familiaux, transculturels. C'est enfin un lieu de recherche, d'enseignement et de formation sur la psychopathologie de l'adolescence, maladie de l'idéalité comme le dit J. Kristeva. Pour faire tout cela, le faire de manière efficace et humaine, il va falloir déployer des trésors d'organisation pour pouvoir rester accueillants, pour imaginer des stratégies adaptées à chaque situation quelle que soit sa complexité. Mais, il est une dernière condition pour ces maisons, elles doivent s'ouvrir là où on en a besoin, dans les zones désertées ou celles de non-soins ou encore dans les banlieues en manque de lien. Ces maisons par leur engagement dans la cité permettent de comprendre, de témoigner aussi de la violence, de l'isolement de ces adolescents en quête de sens et d'affiner notre capacité à les aider dans ce passage. Le toit de la maison ne suffit pas.


Les anciens numéros (Tout voir)

Réflexions sur l'autisme

La psychanalyse en question

Le psychodrame psychanalytique

Les productions vocales du bébé ; Hommage à Béla Grunberger

Dix ans déjà ! - Psychanalyse et sexualité aujourd'hui

Penser l'autre, être pensé par l'autre : intérêt de la notion de "Théorie de l'Esprit" pour la psychopathologie