Carnet/Psy n° 117 : Colloque Didier Anzieu 1ere partie

Paru le 2007-05-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Pourquoi les pulsions de destruction ou de mort ?
Le tourment adolescent

À PROPOS DE

DOSSIERS

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

Actes Colloque Didier Anzieu : La pensée de Didier Anzieu
Actes Colloque Didier Anzieu : L'interdit du toucher et le transfert paradoxal
Actes Colloque Didier Anzieu : Espace psychique, espace corporel
Actes Colloque Didier Anzieu : Du Moi-peau aux enveloppes psychiques. Genèse et développement d'un concept
Actes Colloque Didier Anzieu : Les signifiants formels comme un lointain écho du bébé que nous avons été
Actes Colloque Didier Anzieu : Repères bibliographiques des auteurs

HOMMAGES

Hommage à René Angelergues

LE TEMPS QUI PASSE

Le temps qui passe...

LE SITE DU MOIS

ÉDITORIAUX

Eloge du "choix" d'objet

Depuis que le monde est monde, une question insiste, celle de notre libre-arbitre. Sommes-nous prédestinés, sommes-nous libres de notre destin ? Nous suffit-il de nous penser libres pour l'être un tant soit peu ? J. Monod a fait remarquer que l'amibe est sans doute davantage prisonnière de son génome que l'homme, mais d'aucuns lui répondirent qu'en fait, cette distance relative, chez l'homme, entre son génome et son comportement était. génétiquement programmée ! Raisonnement circulaire par excellence. Une chose est sûre : avec 35000 gènes environ, le génome humain est à peine plus riche que celui d'une mouche, et c'est donc l'épigenèse qui règne en maître absolu ! Autrement dit encore, la génétique n'est plus tant une génétique causale qu'une génétique de vulnérabilité, notre développement se jouant à l'exact entrecroisement de notre part personnelle (et notamment génétique) et de nos effets de rencontre, par essence -et fort heureusement- imprévisibles !

Quand S. Freud parle du "choix" d'objet, il nous permet de comprendre notre hétérosexualité, notre homosexualité ou notre bisexualité comme le fruit de l'interaction entre notre nature et notre histoire, même s'il s'agit d'un "choix" en grande partie inconscient. Quand on nous parle de la détermination génétique de la pédophilie, c'est toute cette dimension d'interaction dialectique qui est subtilisée. Place alors à la prédiction, à l'eugénisme et à la répression, alors que le modèle polyfactoriel ouvre, lui, sur la prévention, l'aide aux plus vulnérables, et le respect des différences. Mais la prévention est beaucoup plus coûteuse et lente que la répression qui peut faire illusion à court terme. Les devins ne sont pas prévenants, et personne ne demande à nos responsables politiques de nous prédire notre avenir. N'est pas Tirésias qui veut, lequel savait annoncer des contenants de pensée structurants, et non pas des contenus symptomatiques contraignants. A bon écouteur, salut !


Les anciens numéros (Tout voir)

Hommage à Edouard Zarifian ; La première fois

Batterie d'évaluation des fonctions neuro-psychomotrices de l'enfant ; Apoptose pubertaire ou chronique d'une mort annoncée

Camus, Sartre, Gary et les enfants surdoués ; Nouvelles addictions à l'épreuve de la clinique

toxicomanie féminine

Crises et chuchotements - 2eme partie

Crises et chuchotements - 1ere partie