Carnet/Psy n° 126 : La psychosomatique contemporaine (1ère partie)

Paru le 2008-05-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Repenser la psychanalyse avec les sciences
Folies minuscules. Suivi de Folies meurtrières
Séduction : la fin d'un mythe

À PROPOS DE

DOSSIERS

La complexité psychosomatique
Travail psychanalytique et maladie grave
Perspectives actuelles de la psychosomatique
Psychosomatique et troisième topique
Nouvelles approches des relations entre sexualité et cancers
Approche psychosomatique des addictions

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

Le temps qui passe...

LE SITE DU MOIS

Librairie Lipsy

ÉDITORIAUX

Helicobacter et l'Erreur de Descartes

La bactérie nommée hélicobacter pylori a fait vivre à certains psychosomaticiens des moments douloureux. Étudiante, j'ai appris que la maladie psychosomatique par excellence était l'ulcère de l'estomac. Mes enseignants semblaient savoir tout sur le déterminisme psychique de la maladie, sur son déroulement lié aux différents affects et stress, sur les désirs inconscients qui débordaient le patient le poussant à une agressivité dirigée contre son corps, voire contre son estomac. Mais, l'hélicobacter pylori a déstabilisé la théorisation. En 1995, lors d'une conférence de consensus, le corps médical a reconnu le rôle étiologique de la dite bactérie dans le
développement de la maladie ulcéreuse et a conseillé de la traiter comme une maladie infectieuse. Puis, nous avons appris qu'entre 20% et 90% des individus étaient infectés selon les pays et que tout se jouait avant l'âge de 10 ans.

Ainsi, la psyché n'était plus en cause avec ses complexités et ses violences. L'ulcère après avoir été provoqué par une cause psychique l'était à présent par une cause somatique. Nous étions là en plein dualisme, le fonctionnement de la psyché et du soma étant bien séparés. C'est ce qu'a affirmé Descartes et a été le point de vue de la psychosomatique à ses débuts. Nous savons maintenant que seul 10% des individus infectés développent un ulcère et 1% une néoplasie gastrique. Il est à nouveau reconnu, qu'entre autres, les émotions, les traumatismes sont des facteurs qui entrent en compte dans la genèse de la maladie car tous les individus ne sont pas infectés et ceux qui le sont ne développent pas tous un ulcère ou un cancer. Cette histoire nous apprend qu'il est préférable de penser que corps et psyché sont organisées ensemble très intimement, ce que la psychosomatique contemporaine défend, elle nous montre aussi que Descartes avait tort.


Les anciens numéros (Tout voir)

De l'usage du transfert : une conception psychanalytique - La mémoire de l'oubli, de la psychanalyse aux neurosciencesd

Aux sources culturelles de la psychanalyse, l'Oedipe relatif : Höderline et la question du père de Jean Laplanche - Empathies et intersubjectivités (ou d'un pluriel bien singulier)

Derrière le miroir, entretiens avec les parents dont le bébé a été observé selon la méthode d'Esther Bick

Entretien avec Paul Denis

Clinique des techniques de l'information et de la communication. Chantiers d'une clinique en extension (2è partie)

Clnique des techniques de l'information et de la communication. Des souris, des écrans et des hommes (1ère partie)