Carnet/Psy n° 130 : Dépression du bébé, dépression de l'adolescent (3è partie) - actes colloque BBADOS 2008

Paru le 2008-11-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Le nouvel inconscient. Freud, Christophe Colomb des neurosciences
La tentation psychotique
Le rêveur lucide
La perversion. Se venger pour survivre
Savoir attendre pour que la vie change

À PROPOS DE

DOSSIERS

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

Dépression du bébé, dépression de l'adolescent (partie 3) : Aspects du champ dépressif
Dépression du bébé, dépression de l'adolescent (partie 3) : Rencontre avec André Green
Dépression du bébé, dépression de l'adolescent (partie 3) : La perte du potentiel. Perdre ce qui n'a eu lieu
Dépression du bébé, dépression de l'adolescent (partie 3) : Dépression et passion

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

Le temps qui passe...

LE SITE DU MOIS

DID - Documents pour l'Intégration et de Développement

ÉDITORIAUX

Faut-il interdire aux addictologues de s'occuper de jeu vidéo ?

Certains médecins addictologues prétendent aujourd'hui ouvrir un nouveau champ de compétence autour de ce qu'ils appellent "l'addiction aux jeux vidéo". On les reconnaît facilement au fait qu'ils traitent du jeu excessif à l'adolescence sur le modèle de l'addiction à une substance toxique.  Le problème est souvent envisagé de façon uniquement quantitative (le joueur joue un peu, beaucoup, à la folie.) et le remède est dans les alternatives : sport, gratifications, etc. Bref, il faut intéresser le joueur à autre chose !

Bien sûr, il n'est pas question de nier que des joueurs excessifs adultes puissent présenter un profil "addictif" associant des troubles narcissiques, l'impulsivité, l'intolérance à la frustration et l'utilisation concomitante de substances toxiques comme le tabac et l'alcool. Mais à l'adolescence, tout est flottant, incertain et éphémère. En outre, les enjeux de la relation d'un joueur à son jeu sont très différents de ceux qui président à la consommation d'une substance toxique. Cette relation évoque plus l'interaction d'un nouveau-né et de son interlocuteur privilégié - avec la quête de sens qui lui est liée - que l'addiction proprement dite. C'est une sorte de "dyade numérique" ! D'ailleurs, à la différence des patients qui souffrent d'une addiction à une substance toxique, les usagers pathologiques des jeux vidéo ne montrent ni signes de sevrage, ni perte de contrôle. Sans compter qu'ils y apprennent aussi beaucoup de choses !

Bref, à trop parler d'"addiction aux jeux vidéo", nous risquons bien d'oublier l'ampleur des bouleversements que ces technologies introduisent dans nos vies, et de nous détourner du seul problème vraiment intéressant : l'étude des nouvelles psycho- pathologies du virtuel quotidien !


Les anciens numéros (Tout voir)

Dépression du bébé, dépression de l'adolescent (2è partie) - actes colloque BBADOS 2008

Dépression du bébé, dépression de l'adolescent (1ère partie) - actes colloque BBADOS 2008

La psychosomatique contemporaine (2è partie)

La psychosomatique contemporaine (1ère partie)

De l'usage du transfert : une conception psychanalytique - La mémoire de l'oubli, de la psychanalyse aux neurosciencesd

Aux sources culturelles de la psychanalyse, l'Oedipe relatif : Höderline et la question du père de Jean Laplanche - Empathies et intersubjectivités (ou d'un pluriel bien singulier)