Carnet/Psy n° 177 : Actes colloque "La douleur" (partie 1)

Paru le 2014-01-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Bébés et parents en détresse chez le psychanalyste
Dépasser les souffrances institutionnelles
Le vieillissement psychique
Une inquiétude mortelle. L'hypocondrie

À PROPOS DE

MUCEM

DOSSIERS

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

La douleur du transfert : une force d'attraction
Entre douleur et fureur, une passion de la haine en périnatalité
L'enfant et la douleur autistique. Entre pulsion et objet
La douleur qui se tait n'en est que plus funeste
Restriction de la douleur, douleur de la restriction
Trajectoires de la douleur

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

Le temps qui passe...

LE SITE DU MOIS

La psy contre-attaque

ÉDITORIAUX

Vous avez dit MOOCs ? "Mais où est donc Ornicar" ?

Qu’il s’agisse de l'université, du collège ou de la formation permanente, l’année 2014 sera placée sous le signe des MOOCs. On désigne sous cet acronyme des cours faits par des spécialistes et accessibles par Internet à tous ceux qui désirent les consulter. Lancés au Canada, développés aux Etats-Unis, ils font aujourd’hui l’objet d’un plan de développement en France. Mais n’oublions pas que suivre un cours nécessite d’en comprendre les articulations logiques, et que cela reste vrai même s’il est diffusé sur Internet et enrichi de vidéos et de propositions d’interaction. Autrement dit, les élèves – ou les internautes – qui seront capables d’en tirer le meilleur parti seront ceux qui auront acquis de solides repères narratifs, et qui auront intériorisé les articulations logiques organisées en français autour des fameuses conjonctions de coordination « mais où et donc or ni car ».

Or ces repères ne tombent pas du ciel. Ils s’organisent chez l’enfant en relation avec les histoires qu’on lui raconte, puis qu’il se raconte. Et ce développement n’a rien à faire des écrans, dans lesquels il n’y a souvent ni passé ni futur, mais seulement un éternel et fascinant présent. Bien au contraire, introduits trop vite et trop massivement, ceux-ci font courir à l’enfant le danger de mettre en place des habitudes interactives stéréotypées – on ne parle plus d’addiction – qui l’attachent à la fois aux écrans et à des façons de penser d’autant plus dénués de logique narrative que la plupart des programmes proposés aux enfants n’en contiennent aucune.

C’est pourquoi il y a un âge pour introduire les diverses formes d’écrans dans la vie d’un enfant exactement comme il y en a un pour introduire les diverses formes de nourriture. C’est le but de la règle « 3-6-9-12 » de le rappeler, en liant les écrans aux âges charnière du développement.
Les psys sont, avec les généralistes et les pédiatres, en première ligne de ce combat. Sinon, MOOCs ou pas, les enfants de demain risquent bien d’avoir de la difficulté à bénéficier de ce que les écrans peuvent leur apporter de meilleur.


Les anciens numéros (Tout voir)

Doit-on tout dire aux parents ? Le bilan psychologique au service de la guidance parentale

Enjeux cliniques en réanimation néonatale et pédiatrique

Actes BBADOS 2012 "Sexe, sexuel, sexualités, le lien passionnel" Partie 2

Actes BBADOS 2012 "Sexe, sexuel, sexualités, le lien passionnel" Partie 1

Dialogique de la filiation et de la parentalité dans la GPA, Analyse fonctionnelle des addicitons, Les deux objets de la rencontre clinique en psychothérapie médiatisée

Spécificité de la clinique psychanalytique actuelle / Passer à l'acte ou agir son corps ?