Carnet/Psy n° 185 : Le deuil après une mort prénatale (partie 1)

Paru le 2014-12-05

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre
L'insaisissable histoire de la psychanalyse
Le travail du préconscient à l'épreuve de l'adolescence

À PROPOS DE

Sade. Attaquer le soleil

DOSSIERS

Le deuil périnatal, un impensable à penser
L'effroi de soi dans l'Interruption Médicale de Grossesse
Quand la vie reprend ses droits ? Une grossesse après une perte prénatale
Survivance de l’objet et syndrome du survivant à la suite du deuil périnatal d’un jumeau
Un deuil prénatal et son retentissement dans la fratrie
La représentation des enfants morts dans l’histoire de l’art
Les soignants et l'accueil de la mort périnatale : entre angoisse et anticipation

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

Le temps qui passe...

LE SITE DU MOIS

Le blod du copes : http://www.copes.fr/Presentation/Blog

ÉDITORIAUX

Faut pas rêver !

Cette injonction particulièrement stimulante, qui ne l’a entendue depuis quelques temps ? Qu’elle intervienne en réponse aux demandes les mieux fondées ou non. Nous savons bien que le rêve n’a pas vocation à se réaliser à tous coups - ce que chacun apprend en grandissant. Mais l’expérience nous apprend aussi qu’il n’est pas condamné à échouer de façon répétitive sur une côte hostile.

« S’il te plait, dessine-moi un mouton ! », insiste le Petit Prince de Saint Exupéry, toujours insatisfait par les figurations des animaux produits par l’aviateur en réponse à ses demandes. Jusqu’à ce que ce dernier, faute de patience, lui propose un nouveau dessin : « Ça, c’est la caisse. Le mouton que tu veux est dedans ». Sa surprise est grande de voir s’illuminer le visage du jeune garçon : « C’est tout à fait comme ça que je le voulais ! Crois-tu qu’il faille beaucoup d’herbe à ce mouton ? ». Cela suffira-t-il longtemps encore d’avoir des boîtes vides, sans mouton à l’intérieur ? Combien de temps encore les moutons n’apparaîtront qu’à la nuit tombée pour faciliter l’endormissement de certains ? À moins que le « tigre » de Seine et Marne ne les ait dévorés ?

L’intérêt suscité par Rosetta dont le module Philae s’est trouvé récemment seul, largué inconfortablement sur une comète, comme la planète du Petit Prince, témoigne du fort besoin de rêver, et pas seulement à Noël chez les enfants. Comment continuer à faire rêver -les nouvelles générations en particulier-, pour quels objectifs audacieux, pour quels projets stimulants, pour quels défis ? Voici un enjeu considérable pour les années à venir.

A défaut, d’autres risquent fort de continuer à s’en charger, au service de desseins radicaux, destructeurs de ce qui fonde l’humain.


Patrice Huerre
Psychiatre, psychanalyste,
Coordinateur national de la pédopsychiatrie
du groupe CLINEA,
Président de l’Institut du virtuel

 


Les anciens numéros (Tout voir)

Variations psychanalytiques sur les aventures d'Harry Potter - Maladie d'Alzheimer et involution

Attaques du corps, diversité des mises en scène

Entre débat et polémique, la résidence alternée (partie 2)

Entre débat et polémique, la résidence alternée (partie 1)

Viellir aujourd'hui

Esquirol et Marcé - Les Mixed Martial Arts - Manteau cloacal chez les SDF