Carnet/Psy n° 187 : Entretien avec Laurence KAHN

Paru le 2015-03-02

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

George Devereux

À PROPOS DE

La toilette, naissance de l'intime

DOSSIERS

RECHERCHES

ENTRETIENS

Entretien avec Laurence KAHN

ACTES

La psychanalyse et les situations limites
Du « baquet » de Freud au « baquet » de René Roussillon
René Roussillon, et ses écrivains
La naissance de l'objet. Du bébé à l'adolescent et de l'adolescent au bébé, jouer avec ses idées
Aventures de pensée, transitionnaliser les échanges épistémologiques
Sapere aude ! Oser penser avec René Roussillon. Témoignages à propos du séminaire de recherche des doctorants.
Jouer encore

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

Le temps qui passe

LE SITE DU MOIS

Centre de Ressources Claude Balier : http://www.criavs-ra.org

ÉDITORIAUX

Psychanalyse et université : une rencontre féconde

On ne devient pas psychanalyste sur les bancs de l’université, c’est une évidence communément partagée, la pratique analytique requiert une expérience personnelle de l’analyse, ainsi qu’une formation au sein des diverses sociétés analytiques ; dès lors, l’enseignement de la psychanalyse à l’université se bornerait-il à la transmission de la théorie psychanalytique ? Et si, au contraire, l’université jouait à l’heure actuelle un rôle fondamental dans l’évolution de la théorie et de la pratique psychanalytique, notamment par leur transposition sur d’autres terrains de rencontre analytique ?

Les recherches universitaires en psychologie clinique sont en effet souvent menées par des psychologue cliniciens de formation psychanalytique qui s’engagent dans des doctorats, car ils ressentent la nécessité d’inventer de nouvelles modélisations pour comprendre et traiter des cliniques de l’extrême, qui mettent en difficulté les professionnels de terrain, dans le cadre des institutions publiques.

A l’époque où la psychanalyse subit tant d’attaques, non seulement dans le cadre des institutions de soin, mais au sein même de l’université, où la vigilance des enseignants chercheurs cliniciens s’impose face au désir d’hégémonie de la psychologie cognitivo-comportementaliste, il est essentiel de montrer, avec de telles recherches universitaires à partir dedispositifs non « standards », la fécondité d’une approche psychanalytique, qui reste la seule apte à traiter des patients réputés « impossibles »…

Loin de marquer une rupture avec « l’or pur » de l’analyse dans les sociétés analytiques, les recherches de psychologie clinique ne cessent de montrer la fécondité de la théorie analytique réinventée dans de nouveaux contextes et dispositifs.

La psychanalyse n’a-t-elle pas tout à gagner à être questionnée à partir de ces nouveaux terrains d’aventure du site analytique, au vif de la recherche clinique universitaire ?

Pr. Anne Brun

 


Les anciens numéros (Tout voir)

Le deuil après une mort prénatale (partie 2) - René Rousillon en transition : le jeu en partage (partie 1)

Le deuil après une mort prénatale (partie 1)

Variations psychanalytiques sur les aventures d'Harry Potter - Maladie d'Alzheimer et involution

Attaques du corps, diversité des mises en scène

Entre débat et polémique, la résidence alternée (partie 2)

Entre débat et polémique, la résidence alternée (partie 1)