Carnet/Psy n° 193 : La clinique et la psychodynamique du travail

Paru le 2015-11-03

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Devenir Freud
La psychanalyse avec Wilfred R. Bion
Entrelacs
Une part de soi dans la vie des autres

À PROPOS DE

Andy Warhol - Unlimited

DOSSIERS

Le plaisir au travail et la sublimation à la lumière de la psychodynamique du travail
Psychodynamique de la reconnaissance au travail et identité
Le corps entre psychosomatique et psychodynamique du travail : travail de performance et décompensation somatique
Nouvelles problématiques cliniques en psychopathologie du travail : les suicides liés au travail
Travail, genre et ''care'' en clinique : le travail maternel
Incidences transgénérationnelles de la souffrance au travail

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

Le temps qui passe...

LE SITE DU MOIS

Coups de coeur pour d'anciens textes

ÉDITORIAUX

La clinique et la psychodynamique du travail

« Psychodynamique du travail » est le nom donné à un champ de recherche dont l’origine remonte aux années 50. Sous le nom de « psychopathologie du travail » étaient alors publiées des études cliniques et théoriques sur les rapports entre travail et santé mentale. A la fin des années 70, l’investigation s’est déplacée de la psychopathologie vers la « normalité ». Un vaste champ clinique a alors été découvert, constitué par les défenses mobilisées pour contenir la souffrance au travail et conjurer les risques de décompensation psychopathologique ou somatique. « Psychodynamique du travail » désigne une théorie générale du rapport subjectif au travail, au sein de laquelle la « psychopathologie du travail » ne constitue plus qu’un chapitre particulier à côté de ceux qui sont consacrés à la souffrance et à la normalité, au plaisir et à la sublimation, etc… .

Ce dossier ne constitue pas un compendium de « psychodynamique du travail ». Il rassemble des textes qui ont été écrits en vue de faire ressortir quelques questions importantes que cette clinique du travail soulève dans le champ de la méta-psychologie. Jusqu’à une période récente, les psychanalystes étaient réticents à la clinique du travail. D’aucuns affirmaient que parler de son travail sur le divan témoignait chez le patient d’une résistance à la cure analytique. Depuis quelques années pourtant une curiosité et un intérêt nouveaux pour cette clinique se font jour dans de nombreuses sociétés psychanalytiques à travers le monde.

Ce dossier constitue une introduction aux controverses sur la place qu’il convient d’accorder à la théorie du rapport subjectif au travail pour pouvoir écouter la parole des patients lorsqu’en séance elle se porte sur l’expérience vécue de la souffrance et du plaisir au travail.

Pr Christophe Dejours


Les anciens numéros (Tout voir)

La criminalité aujourd\'hui dans la pratique clinique (partie 2)

La criminalité aujourd\'hui dans la pratique clinique (partie 1)

Actes Clivages (partie 2)

Actes Clivages (partie 1)

Actualités de la clinique transculturelle

Entretien avec Laurence KAHN