Carnet/Psy n° 199 : La création et ses environnements (partie 1)

Paru le 2016-06-06

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Fins de moi difficiles
L’événement juvénile dans la cure de l’adolescent et de l’adulte

À PROPOS DE

DOSSIERS

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

Introduction : la création et ses environnements
Othello et le miroir brisé
L'atelier de l'artiste
Robert Walser le musardeur : voyage dans l'environnement
Inventer les traces des disparus
Nelly Arcan, météore mélancolique
De l'art d'accomoder les restes non analysés dans une cure pour en faire oeuvre : le cas du petit Hans
Le double créateur dans l'écriture de soi
Conan Doyle à l'épreuve de Sherlock Holmes

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

Le temps qui passe...

LE SITE DU MOIS

Le docteur.fr

ÉDITORIAUX

TDA-H : une dangereuse surmédicalisation ?

Depuis plusieurs années, le corps médical s’interroge sur le trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité et ses traitements. La prescription croissante de psychotropes, trop souvent considérée comme unique solution, interpelle sur le soin des enfants.

Le TDA-H n’est pas une maladie, mais une dénomination qui regroupe : distraction, hyperactivité, impulsivité. Et ces difficultés ne sont pas le fruit d’une cause clairement identifiée, mais allient des facteurs développementaux et environnementaux.

Réfuter la thèse de la maladie ne signifie nullement minimiser l’ampleur des symptômes ou leurs répercussions sur l’enfant et son entourage. Il s’agit, pour chaque enfant rencontré, de chercher à comprendre ses difficultés, en l’incitant à devenir acteur de son développement. D’où l’importance de personnaliser le diagnostic et l’aide apportée, sans tomber dans le travers d’une prescription médicamenteuse pour tous.
Si un traitement à base de méthylphénidate peut être envisagé dans les rares cas où l’enfant peut en bénéficier, la médication doit toujours s’accompagner d’une prise en charge globale et être régulièrement réévaluée afin de juger de son utilité au cours du temps.

Or, la situation est inquiétante car ces substances sont de plus en plus fréquemment prescrites, sous la pression d’un psychomarketing préoccupant.

Le développement des enfants nécessite temps, espace et mouvements, ce qui est difficilement compatible avec les exigences actuelles de performances. Les médicaments peuvent donner l’illusion de résoudre cette délicate équation.

J’estime indispensable d’attirer l’attention de tous avant d’en arriver à une situation telle qu’au Brésil ou aux États-Unis, où le pourcentage d’enfants soumis à de telles médications atteint, pour certaines tranches d’âge, le chiffre hallucinant de 20%. Là est la folie !
C’est la raison pour laquelle des collègues et moi, lançons un appel auquel chacun est invité à se joindre via le site stopmedikids.org

Pr Pierre Delion


Les anciens numéros (Tout voir)

Carnetpsy.com vole maintenant de ses propres ailes et la rédaction s\'agrandit

Père ou Mère ? Entre bisexualité psychique et différence des sexes (partie 2)

Père ou Mère ? Entre bisexualité psychique et différence des sexes (partie 1)

Le bébé, avenir de la psychanalyse ?

Le terroriste, la terreur et le terrorisé

La clinique et la psychodynamique du travail