Carnet/Psy n° 206 : Destruction et exaltation (partie 1)

Paru le 2017-04-06

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Cicatrices de la psychose
Des adolescences au cœur de la Shoah
La musique barbare de l'hallucination
On ne m’écoute pas !

À PROPOS DE

Argent
Pan, Taro Izumi

DOSSIERS

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

Francis Bacon : l’œil et la peau de la débauche
Une passion ordinaire
Détruire l'objet pour ne pas le perdre
L'exaltation dans la haine
Haine, ambivalence et inexorabilité
Troisième topique et analyse de la destructivité
Adolescences et violences dans la scène primitives
''Coup de fouet''

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

Le temps qui passe...

LE SITE DU MOIS

Suicide et médias

ÉDITORIAUX

Révolution(s) ?

Serions-nous prêts aujourd’hui à affronter les révolutions qu’on nous promet ? On nous annonce chaque jour que nous sommes confrontés à une révolution numérique qui ne sait pas jusqu’où elle ira. On entend tout autant que nous devons faire face à une révolution concernant nos sources d’énergie.

Pas étonnant que certains, oubliant le passé, disent que c’était mieux avant. Plus angoissant encore, qui pourrait être insensible aux messages des experts affirmant que la planète brûle et qu’il faut la sauver… sans bien savoir comment. Plus actuel et plus « local » un candidat aux élections présidentielles, souhaitant diriger 66 millions de français, intitule son livre programme : « Révolution »... bonne chance ! Dans notre petit domaine, chaque jour les découvertes sur les pouvoirs du cerveau fascinent les adeptes de recettes plus simples que nos approches prenant en compte la complexité de l’humain. Une phrases d’Antonio Gramsci mérite alors d’être citée : « La crise consiste justement dans le fait que l'ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés ».

J’y ajouterai volontiers du même auteur la citation suivante :« Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir » (Lettres de prison (1947) de Antonio Gramsci). Puisque j’en suis aux citations j’ajouterai une autre de Saint Augustin qui me paraît particulièrement à méditer : « A force de tout voir, on finit par tout supporter. A force de tout supporter, on finit par tout tolérer. A force de tout tolérer, on finit par tout accepter. A force de tout accepter, on finit par tout approuver ». Saint Augustin, 430 après J.C. Plutôt que « révolution », je proposerai plutôt « résistance ».

Alain Braconnier
Vient de publier “On ne m’écoute pas” (O. Jacob)

 


Les anciens numéros (Tout voir)

Entretien avec Philippe Jeammet

Le robot sur le divan

Terreur et terrorisme. Questionnements psychanalytiques

La psychiatrie survivra-t-elle au néolibéralisme ?

Intégration vs complémentarité : entre neurosciences et psychopathologie psychanalytique périnatale

La création et ses environnements (partie 2)