Carnet/Psy n° 215 : Splendeurs et misères de la régression (partie 1)

Paru le 2018-04-06

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

La honte. Écouter l’impossible à dire
La psychosomatique
Un cerveau pensant : entre plasticité et stabilité
Freud vivant
L'identification selon Freud

À PROPOS DE

Exposition : Tintoret : naissance d'un génie
Imprécis : BABYLONE

DOSSIERS

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

L'appel de Narcisse
''On n’a rien d’autre à faire qu’à lui laisser le temps''
Le temps de la régression. La régression est affaire de temps, mais elle l’ignore.
Splendeurs et misère de l’onanisme ou les illusions perdues de la mémoire

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

LE SITE DU MOIS

ÉDITORIAUX

Zut... on a encore oublié la ficelle !

Si l’on souhaite s’occuper de bébés et le faire en demeurant psychanalystes, c’est bien d’une troisième topique dont nous avons désormais besoin. Le bébé tout seul n ’existe pas, et ni la première ni la deuxième topique freudienne nepeuvent en effet entièrement répondre à nos attentes puisque par essence intrapsychiques, ces deux topiques échouent à rendre compte des fonctionnements dyadiques ettriadiques par essence interpersonnels. Autrement dit, si le bébé ne nous impose aucun renoncement à nos repèrespsycha nalytiques classiques (théorie des pulsions, étayage, théorie des relations d’objet, dynamique de l’après-coup), il exige de nous, en revanche, que n ous revisitions le point de vue topique de la métapsychologie. La chose est délicate mais sans doute pas impossible. « L’objet est investi avant d’être perçu » disait, il y a longtemps déjà, Serge Lebovici.C’était dire que le lien peut être investi et représenté avant même que l’objet externe soit précisément repéré, et ceci est de fait extrêmement émouvant !

Pour penser le passage d e l’interpersonnel àl’intrapsychique, nous avons besoin de faire une place à l’intériorisation (soit à l’inscription intrapsychique du jeu interactif p récoce), à la spécularisation (afin que l’objet découvert soit aussi pensé comme un sujet) et à l’anticipation ou à la supposition du sujet par ceux qui prennent soin de l’enfant. En ce qui concerne l’intériorisation, ce sont les modèl es internes opérants de l’attachement et les représentations internes généralisées de l’accordage affectif qui vont pouvoir figurer dans le monde interne de l’enfant quelque chose de son lien à l’objet encore plus que de l’objet en tant que tel.

C’est cette représentation du lien avant même  lareprésentation de l’objet qui permet de penserpsychanalytiquement les bébés, de reconnaître le possible transfert archaïque des enfants autistes en-deçà de la genèse de l’objet, et finalement de comprendre toutes les formes de demande intransitive. L’enjeu est donc de taille et nous somme s bel et bien à la lisière d’une nouvelle étape de la pensée psychanalytique théorico-clinique.

Merci aux bébés et merci aux enfants autistes de nous ouvrir de telles pistes de travail. Finalement, dans le jeu du fort/da, la ficelle compte autant voire plus que la bobine... A nous de ne pas l’oublier et de lui faire une juste place, celle qu’elle mérite, au sein de nos modélisations.

Pr Bernard Golse

 


Les anciens numéros (Tout voir)

Psychopathologie d’un auteur d’agressions sexuelles

Troubles des conduites alimentaires : la patiente et ses médecins face aux défis de la maternité (partie 2)

Troubles des conduites alimentaires : la patiente et ses médecins face aux défis de la maternité (partie 1)

Obéissance et suicide - Recomposition familiale

A propos d’un Institut Public de Psychanalyse d’enfants et d’adolescents à Lille : l’IPPEA

Entretien avec Raymond Cahn