Carnet/Psy n° 225 : Entretien avec François Marty

Paru le 2019-05-07

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Œdipe Médecin
La vie psychique des équipes
La psychanalyse va-t-elle disparaître ?
Si la psychanalyse était une histoire vraie ?
Psyché dans ses reflets (d'amour) créateurs face aux séparations

À PROPOS DE

Franz Marc / Auguste Macke
Imprécis : Abstinence

DOSSIERS

RECHERCHES

Le conte-transfert en clinique transculturelle

ENTRETIENS

Entretien avec François Marty (par Julie Cohen-Salmon)

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

LE SITE DU MOIS

https://www.academia.edu

ÉDITORIAUX

Le silence des injustes

« Avec notre plan, il s’agit de ne plus placer des enfants autistes devant des psychiatres ». Et encore : « Face à un spectre de l’autisme très large, il faut que l’on arrête de parler de psychiatrie ».Tels sont les propos tenus par Sophie Cluzel,
Secrétaire d’Etat au Personnes Handicapées, sur l’antenne de RMC lors de son interview par Jean-Jacques Bourdin le 1er avril dernier à la veille de la journée mondiale de l’autisme. Hélas, ce n’était pas un poisson d’avril !
Face à ces propos effarants seulement relevés par Eric Favereau dans son « Billet » paru dans le journal « Libération » du 4 avril, qu’avons-nous entendu ? Rien, sauf un silence radio généralisé et assourdissant !

Que les patients autistes et leurs familles lassés par d’interminables et stériles querelles entre professionnels, ne disent rien, peut encore se comprendre, on n’ose dire s’entendre ... Mais que les psychiatres, les pédopsychiatres et tous les intervenants non seulement concernés mais courageusement impliqués dans les soins aux enfants ou aux adultes autistes, se voient si violemment attaqués sans que personne ne se lève pour les défendre, est non seulement injuste et irresponsable mais profondément inquiétant.

Si de telles choses peuvent se dire sans susciter de tollé, alors la pédopsychiatrie est belle et bien morte et elle ne ressuscitera pas de si tôt. Il y a des cas où se taire est au mieux gravement négligent, au pire subrepticement complice. La lâcheté n’est pas hélas qu’un simple « poison » d’avril.

De Munich en Munich, ce n’est pas seulement la bataille pour le soin psychique qui sera définitivement perdue, mais tout simplement la guerre pour lapsyché et pour une certaine complexité de la pensée.

Pr Bernard Golse

 

 


Les anciens numéros (Tout voir)

Honte et adolescence

Hystérie, le monde de Christopher Bollas

Etude psychopathologique de l\'infertilité féminine

Chemins de subjectivation : du corporel au culturel

Entretien avec Florence Guignard

La consultation psychanalytique en institutions : quels transferts ? (partie 3)