Carnet/Psy n° 23 : Réactions dépressives après une fausse couche

Paru le 1997-01-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Les nouvelles cartes de la psychanalyse
Au vif de l'infantile
Vers la parole: trois enfants autistes en psychanalyse
Le tour du problème
Charcot, un grand médecin dans son siècle

À PROPOS DE

DOSSIERS

RECHERCHES

Réactions dépressives après une fausse couche

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

LE SITE DU MOIS

ÉDITORIAUX

L'amour, mais oui

Sur notre planète - plus que jamais le lieu de souffrances infernales et toujours renouvelées, jusqu'à faire douter des chances de l'humain pour les siècles à venir- n'est-il pas dérisoire et obsolète de parler d'amour, d'en écrire, de le poser comme réalité psychique coextensive à la vie ?

Certains, imbibés de l'arrogante élégance de "l'homme détrompé" notamment parmi les "psy", à qui on ne saurait plus en conter après tout ce qu'ils ont appris et continuent d'observer, tiennent cette position. En tout état de cause l'amour n'aurait droit de cité -et encore- que derrière les parois isolantes des conceptualisations métapsychologiques et dans l'enclos grillagé des cabinets, au travers du prisme transféro-contretransférentiel.

Il reste cependant quelques "fanatiques toqués" à l'instar de Freud qui regardent toujours l'amour à la fois comme un noyau théorique infracassable, comme un ressort majeur de toute action psychothérapeutique, et surtout comme la condition de possibilité du bonheur (un autre mot qu'on aimerait ne pas considérer comme désuet). J'en suis.


Les anciens numéros (Tout voir)

Les troubles psychosomatiques. Le point de vue du psychiatre d'enfant

L'impact du handicap d'une personne sur la vie psychique de ses frères et soeurs

L'entretien semi-structuré multi-registres

Internet et Santé mentale: Illusion et/ou révolution?

SIDA et santé mentale : images et réalité

Ethique et débuts de la vie psychique du point de vue de la "césure de la naissance"