Carnet/Psy n° 25 : Les psychothérapies de groupes

Paru le 1997-03-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

La pensée scénique. Groupe et psychodrame d'Ophélia Avron par Jean-Bernard Chapelier
Les théories psychanalytiques du développement de l'enfant et de l'adolescent

À PROPOS DE

Quelques éléments bibliographiques sur la psychanalyse de groupe
SFFPG (Société Française de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe)
FAPAG (Fédération des Associations de Psychothérapies Analytique de Groupe)

DOSSIERS

Les psychothérapies de groupes d'enfants
Les psychothérapies psychanalytiques de groupe à l'adolescence
L'analyse de groupe
Groupe analyse d'enfants autistes et psychotiques
La formation à l'analyse de groupe
Les psychothérapies de groupe (introduction)

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

LE SITE DU MOIS

ÉDITORIAUX

Travail d'acteur...

Lorsque je commence un stage de théâtre, je demande à chaque panicipant de se présenter en silence, dans un geste. Parfois l'attente est longue, chargée d'inquiétude mais le travail ne commencera pas sans ce gestc. Signe de la personne, de sa présence à nous, au monde, dans cer instant. Aucun geste ne se ressemble. Il a toujours quelque chose d'unique. JI en est qu'on n'oublie pas. Cette jeune femme, longue à se décider qui finalement s'élève, monte les ma1l1S tremblantes, à peine jointes, les ouvre et les ferme, puis demeure suspendue, énigmatique et sensible, intérionsée, présente. Intégré dans un jeu, dans un personnage, ce geste sera la marque de celui qui l'a inventé, parfois à son corps défendant.

Je rencontre des classes-théâtre terminales dans une petite salle de répétitions. Une quinzaine de garçons et de fil!es. Ils ont préparé des textes du Dom Juan de Molière. Le trac précipite les mots, banalise la présence, scolarise le texte. Il faut que ceux qui ne jouent pas agissent comme un choeur, soutiennent cette démarche lente, ce temps du corps qui cherche. Il ne faut dire les mots que nés du silence. Bab, qui a l'humour et la fausse balourdise de Calder jeune, ne se précipite pas pour parler, il nous regarde, fait tomber son livre, cherche les mots français. Ainsi, i! rejoint le 5ganarelle de Molière qUlIUl aussi se perd dans Je labyrinthe des mots. Olivier, menu et myope, va sur la pointe des pieds voir si son maître n'est pas derrière les rideaux, à la cour, au jardin. Il n'ose pas décrire à Bob ce monstre de Dom Juan dont il est le serviteur. Ce silence entre eux fait vivre l'espace qui devient théâtre, lieu des ombres, des revenants, des spectres. Et le public, qui est lui-même attente, naît.


Les anciens numéros (Tout voir)

Méthode Kangourou et mères prématurées

Réactions dépressives après une fausse couche

Les troubles psychosomatiques. Le point de vue du psychiatre d'enfant

L'impact du handicap d'une personne sur la vie psychique de ses frères et soeurs

L'entretien semi-structuré multi-registres

Internet et Santé mentale: Illusion et/ou révolution?