Carnet/Psy n° 35 : L'échographie prénatale

Paru le 1998-04-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Les bébés de l'inconscient
Les états psychotiques chez les enfants
Epître aux oedipiens

À PROPOS DE

DOSSIERS

Place de l'échographie dans le diagnostic prénatal
Echographie obstétricale et parentalité
Y-a-t-il une place pour l'échographie dans le suivi d'une grossesse normale ?
Gynécologie Pratique

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

LE SITE DU MOIS

ÉDITORIAUX

L'image ne suffit pas

Destiné à être porté sans être vu le foetus, avec l'échographie, échappe à son destin: il devient un être à proprement parler considérable et pourtant quelque chose manque à son image pour qu'elle soit un portrait... De quelle improbable physionomie faudrait-il donc que ce futur visage soit chargé ?

Tant qu'il est invisible le foetus est paré de la promesse d'un sourire d'enfant que l'image échographique risque d'arracher comme un masque. Sa figure ne correspond à aucune expérience sensible antécédente et ne peut s'inscrire d'elle-même dans le tissu des souvenirs. Ne composent un visage que les traits d'une personne avec qui une satisfaction a été partagée : l'image ne suffit pas. Pour charger de signification heureuse la coupe du foetus, devant laquelle il n'est pas d'intuition possible, le commentaire de l'échographiste opère comme un conte qui, devant l'apparence étrange de cette forme illisible, transmet le plaisir initiatique de la découverte et formule la beauté d'un phénomène que les parents seuls ne pourraient distinguer de l'horreur d'un accident génétique. La pensée de l'échographiste dans son art de conteur, égale et rivale de sa vision, modèle l'image brute pour en faire un visage.


Les anciens numéros (Tout voir)

Toxicomanie ; Sur le devoir de mémoire...

L'ethnopsychanalyse

Autour de René Diatkine

Le deuil parental

Séparation parentale

Qu'est-ce que notre passé?