Carnet/Psy n° 37 : Le syndrome d'épuisement professionnel des soignants (SEPS) ou Burn out syndrome

Paru le 1998-06-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Emprise et satisfaction
Le maître des insensés. Bien que mon amour soit fou
Une présence bien vivante
Meurtre d'âme. Le destin des enfants maltraités
Précis théorique et pratique du développement moteur du jeune enfant

À PROPOS DE

DOSSIERS

RECHERCHES

Le syndrome d'épuisement professionnel des soignants (SEPS) ou Burn out syndrome

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

Hommage à Denise Braunschweig

LE TEMPS QUI PASSE

LE SITE DU MOIS

La Psychanalyse

ÉDITORIAUX

Mai 68: je ne regrette qu'une seule chose...

D'abord, nous avions lu Freud (certains Sartre) -et très jeunes- à l'âge où il doit se lire : quatorze ou quinze ans pour ses descriptions des angoisses sexuelles, pour sa compréhension des fantasmes des jeunes gens. A vingt ans, nous savions toute la théorie et enragions du fait que la psychanalyse ne s'enseignait pas à l'université. Et puis nous avons cherché plus loin : Reich, Marcuse, Deleuze et Guattari, Lyotard... et ailleurs aussi : Laing, Cooper, Esterson et Mary Barnes, cette Antonin Artaud ressuscité en femme et Bateson et nous savions que l'ethnologie pouvait offrir une porte de sortie... Je me souviens de cette monographie de Verrier Elwin : Maison des jeunes chez les Muria, les Muria qui éduquaient leurs enfants en les incitant à avoir des relations sexuelles avec tout partenaire de leur âge, afin sans doute de les vacciner contre la jalousie sexuelle... et nous pensions que c'était possible ! Et aussi Basaglia... et nous savions que la psychiatrie était publique, sociale... et Foucault... et nous savions alors que les mots n'étaient pas les choses -surtout lorsqu'ils sont prononcés par des "Mandarins". Nous pensions "psychanalyse pour tous", avec ou "sans divan", accusions l'univers concen-trationnaire de l'asile, la perte de mémoire que provoquent les électrochocs, les camisoles textiles, chimiques, familiales, politiques. Mais tout cela aboutissait tout de même à reconnaître, à postuler, que ce qui rend fou -la raison de la folie- concernait tout le monde. Je regrette que cette idée soit aujourd'hui perdue.


Les anciens numéros (Tout voir)

Échos d'Algérie

L'échographie prénatale

Toxicomanie ; Sur le devoir de mémoire...

L'ethnopsychanalyse

Autour de René Diatkine

Le deuil parental