Carnet/Psy n° 48 : L'attachement

Paru le 1999-10-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

À PROPOS DE

Le chèque service

DOSSIERS

Présentation et hommage à Mary Ainsworth
L'imprinting, l'attachement, le lien
De l'empreinte à l'amour romantique
L'attachement entre théorie des pulsions et théorie de la relation d'objet
La transmission intergénérationnelle à travers le prisme de la psychanalyse et de l'attachement
L'attachement chez l'enfant
Apports de la théorie de l'attachement aux traitements conjoints parents bébés
La théorie de l'attachement constitue-t-elle une trahison de la psychanalyse ?
John Bowlby et Henri Wallon: des chevauchements possibles
La théorie de l'attachement: une théorie déterministe ?
Miscellanées
Le bébé, sa mère et sa nounou
Comment et à qui s'attache le jeune enfant ?
Quelle place pour le père dans la théorie de l'attachement ?
Ouvrages, formations, adresses utiles et références bibliographiques sur l'ATTACHEMENT

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

LE SITE DU MOIS

Bulletin de Psychiatrie Francophone

ÉDITORIAUX

A quoi sert une théorie ?

Il y a certes beaucoup à reprocher à la théorie de l'attachement : son abandon de la pulsion, voire de l'inconscient, son aspect rétrograde (muée en impératif idéologique, elle a contribué au désarroi et à la culpabilité d'une génération de femmes devant travailler hors de la maison ; de plus, le père s'y trouve relégué dans un rôle obscur et secondaire). Son enfermement ne s'arrête pas en si bon chemin ; les récents travaux sur la transmission intergénérationnelle démontrent qu'elle s'intéresse surtout à ce qui peut se répéter (devrait-on dire à ce qui peut se publier ?). L'intérêt réel dans ce domaine, du moins pour le clinicien, n'est-il pas plutôt le changement, la mise en échec de la répétition, la chasse aux revenants ?

Et pourtant, cette théorie fascine par son succès, sa créativité. Il faut dire qu'elle a opéré, il y a une quinzaine d'années, un virage historique en déplaçant son intérêt vers l'étude des représentations d'attachement, chez l'adulte ; les cliniciens y ont trouvé une nouvelle conceptualisation des troubles émotionnels, dans les termes de la distorsion des informations et de la pensée. Suivant un mouvement lancé, en France, par Serge Lebovici, on tend alors à reconsidérer le débat sur l'attachement, la relation d'objet et la pulsion, dans un esprit d'ouverture. Une théorie sert parfois le besoin de dépendance de celui qui l'utilise. Mais, bien comprise, ne devrait-elle pas plutôt être, dans les termes mêmes de l'attachement, une base secure au service non pas de l'enfermement, mais de l'ouverture, de la curiosité, de la création ?


Les anciens numéros (Tout voir)

Les jeux vidéo en question

Le P.M.S.I. (Programme de Médicalisation des Systèmes d'Information) en pédo-psychiatrie

Le bébé, la mère et la télévision

La classification diagnostique 0-3 ans

Les sexualités des schizophrènes

Entretien avec Pierre Fédida