Carnet/Psy n° 61 : Actualités de l'alcoolisme

Paru le 2001-03-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

L'enfant autiste, le bébé et la sémiotique

À PROPOS DE

DOSSIERS

La place de l'alcoolisme parmi les addictions
Actualités de l'alcoolisme
Psychanalyse de l'objet. "Objet-drogue", "objet-alcool"
Mieux penser, mieux organiser l'alcoologie
La prescription médicamenteuse dans le traitement de l'alcoolodépendance
Cure de désintoxication. Programme thérapeutique à partir d'un cadre hospitalier psychiatrique
De quelques aménagements dans les soins psychanalytiques aux alcooliques
Les enfants de parents alcooliques
L'alcoolisme au féminin ou la question de l'emprise
Du bon usage de la psychothérapie de relaxation en alcoologie, d'après une étude comparative
L'unité de recherche et de soin en alcoologie (URSA)
Mon expérience de médecin alcoologue avec les alcooliques anonymes
Bibliographie et quelques adresses "actualités de l'alcoolisme"

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

LE SITE DU MOIS

L'inconscient, le web

ÉDITORIAUX

L'alcoologie clinique en question

Voici les soignants en désarroi devant la progression des addictions chez des « patients » qui ne le sont plus : le réflexe remplace désormais la réflexion. Toute tension se résout par un geste qui court-circuite la pensée. Les drogues prennent une fonction d'obturation instantanée de la souffrance psychique dans des proportions jamais atteintes jusque là.

La tentation est grande alors de répliquer par des « soins réflexe », par exemple créer un modèle addictif unique auquel serait appliqué un « prêt-à-soigner » type. Nul doute que chaque école aurait son modèle. Nul doute aussi que chaque drogué conserverait le sien. Une autre tendance d'aujourd'hui, heureusement basée sur la réflexion et non plus sur le réflexe, est de comprendre que pour que le drogué devienne abstinent, il faut une longue transformation intérieure. Il ne s'agit plus seulement de prescrire un traitement à un patient, mais d'accompagner une personne afin qu'elle devienne libre de ses propres choix.

Face à une addictologie qui pourrait être réductionniste, l'alcoologie se doit de démontrer la réalité de l'entité-alcoolisme pour justifier la nécessaire singularité de ses démarches. Aux soignants de comprendre les alcooliques dans leur organisation psychique particulière et de leur offrir des soutiens en fonction d'une faille psychique que chacun présente, vit différemment et résoudra à sa manière.


Les anciens numéros (Tout voir)

Clinique et création

Au delà du bien et du mal : une place pour les psychologues en pédiatrie

Hommage à Serge Lebovici

Réflexions autour de la clinique des soins palliatifs - Le processus de maternité à l'épreuve des tests projectifs

Images africaines de la maternité. De la figure symbolique de la mère dans les arts primitifs aux représentations maternelles inconscientes

Entre malaise et réconciliation, une esquisse "ethnopédiatrique"