Carnet/Psy n° 82 : L'examen psychologique de l'adulte

Paru le 2003-06-01

SOMMAIRE

ANALYSES D’OUVRAGES

Les épreuves projectives à l'adolescence. Approche psychanalytique
Le premier lien. La théorie de l'attachement
Des enfants en psychanalyse

À PROPOS DE

La Fédération Française des Psychologues et de Psychologie

DOSSIERS

L'examen psychologique de l'adulte : Introduction
L'examen psychologique de l'adulte : Forme d'intervention brève au service du sujet
L'examen psychologique de l'adulte : L'examen psychologique en pratique clinique : les apports de la théorie psychanalytique
Intérêt de l'examen psychologique de l'adulte dans la recherche en psychiatrie
L'examen psychologique de l'adulte : Intérêt de l'examen psychologique de l'adulte dans le diagnostic de la douleur
L'examen psychologique de l'adulte : L'examen psychologique de l'adulte avec un handicap ou une maladie somatique
L'examen psychologique de l'adulte : Références bibliographiques

RECHERCHES

ENTRETIENS

ACTES

HOMMAGES

LE TEMPS QUI PASSE

LE SITE DU MOIS

ÉDITORIAUX

La haine de l'amour

L'amour se perpétue de génération en génération. La haine aussi. Chaque époque génère des signifiants nouveaux, notre millénaire s'inaugure sous des auspices agressifs haineux, voire guerriers. Si l'amour est toujours une promesse, un devenir, la haine est une certitude tangible. À la question angoissée est ce que l'autre m'aime répond une vérité incontournable, je le (la) hais. L'universelle demande d'être aimé n'a d'égale que l'aptitude à haïr, son voisin, son cousin, son collègue, son conjoint, etc. Notre société consumériste prône la jouissance ratant la dimension relationnelle de l'amour, temps essentiel de la rencontre. Dans les figures de l'amour et au jeu du désir, la chair est un écueil dont beaucoup fréquentent les rivages.

Apprend-on à aimer ? Si l'amour se donne sans espoir de retour, son mystère réside dans ses modalités de transmission. Il est d'usage de dire que les histoires d'amour se répètent, je pense pour ma part comme en poésie qu'elles riment. Cette tonalité musicale ne leur ôte pas leur caractère tragique. L'énamoration montre qu'il n'y a qu'un pas qui renverse l'amour vers la haine. En lieu et place de l'amour, la haine surgit avec sa palette d'affects négatifs, chronique de la haine ordinaire : de l'agressivité au refus de civilité, du propos discourtois à l'invective insultante, et enfin au passage par l'acte, des mots à la violence agie. À l'évidence l'homme moderne aime la haine.

La civilisation se meurt de ces manifestations de haine et de violence. Promoteurs de la parole et de la mise en mots, les psychanalystes et les thérapeutes ont un rôle éthique à maintenir : l'éthique de la parole et soutenir l'énonciation en lieu et place de la mise en acte. L'agressivité, la violence ou la haine paraît un lien solide reliant les hommes entre eux. Est-il trop tard ? Si la femme est l'avenir de l'homme, la parole est-elle l'avenir de l'humanité de l'homme ?


Les anciens numéros (Tout voir)

La parentalité : un nouveau concept pour quelles réalités ? La place du père

Étude vers la compréhension et l'évaluation de l'ambivalence chez l'enfant ; Hommage à Lucien Bonnafé

Entretien avec Alain de Mijolla

L'enfant instable...

Hommage à Pierre Fédida

Autisme : état des lieux et horizons - 2eme partie