Littérature

Et quelquefois j’ai comme une grande idée
Auteurs : Ken Kesey
Editeur : Monsieur Toussaint Louverture
Date de parution : 20/10/2015
Présentation : À l’est, encore en amont sur la grand-route qui passe le col à l’endroit où torrents et ruisseaux sont toujours en train de rugir et de cascader, le secrétaire général du syndicat, Jonathan Bailey Draeger, descend depuis la ville d’Eugene jusqu’à la côte. D’humeur étrange – en grande partie, il le sait, à cause de la fièvre due à une petite grippe –, il sent son esprit tout à la fois curieusement dérangé et parfaitement lucide. Du reste, il envisage la journée à venir avec un mélange d’allégresse et de désarroi: allégresse, car il s’apprête à quitter ce bourbier gorgé d’eau; désarroi, car il a promis de partager le repas de Thanksgiving avec Floyd Evenwrite, le responsable de section à Wakonda. Draeger ne s’attend pas à passer un après-midi très agréable chez les Evenwrite – les rares fois où il s’est retrouvé chez Floyd au cours de toute cette affaire Stamper, ça n’a pas été une partie de plaisir – mais il n’en est pas moins de bonne humeur: avec cette visite, finie l’affaire Stamper, finie pour de bon toute cette histoire du secteur Nord-Ouest, touchons du bois. Demain, il pourra repartir vers le Sud et laisser cette bonne vieille vitamine D californienne assécher sa fichue irritation de la peau. On a toujours la peau irritée quand on vient par ici. Sans parler des mycoses qui vous atteignent jusqu’à la cheville. L’humidité. Pas étonnant que parmi les gens du pays, chaque mois il s’en trouve deux ou trois pour faire le grand saut dans la rivière – soit on plonge, soit on pourrit sur pied. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre. Présentation de l'éditeur « Magistral roman du défi que cette Grande idée qui, d'un bout à l'autre, grise et emporte le lecteur. » -- Le Monde « Roman spectaculaire et inoubliable, à la verve diabolique. » -- Le Magazine littéraire « On en ressort lessivé mais euphorique, comme nettoyé de tant de lectures médiocres. Inutile de chercher plus loin le livre de la rentrée. » -- Marianne « A mesure que l'intrigue prend forme et que "tombent les arbres", les personnages sortent de l'ombre, jaillissent en pleine lumière, presque aveuglants d'être si humains parfois grandioses, parfois minables, jamais en paix. » -- Le Canard enchainé Alors que la grève installée à Wakonda étrangle cette petite ville forestière de l Oregon, un clan de bûcherons, les Stampers, bravent l autorité du syndicat, la vindicte populaire et la violence d une nature à la beauté sans limite. Mené par Henry, le patriarche incontrôlable, et son fils, l indestructible Hank, les Stampers serrent les rang... Mais c est sans compter sur le retour, après des années d absence, de Lee, le cadet introverti et toujours plongé dans les livres, dont le seul dessein est d assouvir une vengeance. Au-delà des rivalités et des amitiés, de la haine et de l amour, Ken Elton Kesey (1935-2001), auteur légendaire de Vol au-dessus d un nid de coucou, réussit à bâtir un roman époustouflant qui nous entraîne aux fondements des relations humaines. C est Faulkner. C est Dos Passos. C est Truman Capote et Tom Wolfe. C est un chef-d'oeuvre.