Le goût des arts

Rubrique coordonnée par Cécile Roqué-Alsina
Théâtre

L'état de siège
Du 08/03/2017 au 01/04/2017
Paris, Théâtre de la Ville
Auteur : Albert Camus
Mise en scène : Emmanuel Demarcy-Mota
Avec : Serge Maggiani, Hugues Quester, Alain Libolt, Valérie Dashwood, Matthieu Dessertine, Jauris Casanova, Philippe Demarle, Sandra Faure, Sarah Karbasnikoff, Hannah Levin Seiderman, Gérald Maillet, Walter N’Guyen, Pascal Vuillemot & en alternance Ilies Amellah, Joséphine Loriou, Chiara Vergne
Production : Théâtre de la Ville-Paris coproduction : Les Théâtres de la Ville de Luxembourg -Théâtre national de Bretagne-Rennes - BAM (Brooklyn Academy of Music-New York).
Présentation : La ville au bord de la mer est étrangement paisible. Il ne s’y passe rien et le Gouverneur s’en réjouit. Le marché bat son plein, des comédiens répètent… Tout à coup, l’un d’eux s’effondre. Deux médecins diagnostiquent la peste. Un homme arrive, accompagné de sa secrétaire, il exige la place du Gouverneur : « Je suis la Peste », déclare-t-il. L’état de siège est proclamé… La Terreur s’installe. Aux « songeries du “vieux monde” », la Peste apporte l’ordre, la logique fonctionnelle de l’organisation, de l’administration, des listes, des fiches, des statistiques, de l’inquisition, de la persécution. Tout ce dont la Peste est le symptôme ou le nom ! Jusqu’à ce que la révolte s’organise, menée par un jeune homme : Diego. Jusqu’à ce que le vent de la mer se lève… Cette pièce rare, créée en 1948 par Jean-Louis Barrault, développe une allégorie multiple, teintée de fantastique, sur les régimes corrompus, autoritaires, fascisants.

La Règle du jeu
Du 04/02/2017 au 15/06/2017
Paris, Comédie Française
Auteur : Jean Renoir
Mise en scène : Christiane Jatahy
Avec : Cécile Brune, Sylvia Bergé, Éric Génovèse, Alain Lenglet, Jérôme Pouly, Laurent Natrella, Elsa Lepoivre, Christian Gonon, Julie Sicard, Serge Bagdassarian, Bakary Sangaré, Nicolas Lormeau, Gilles David, Suliane Brahim, Jérémy Lopez, Danièle Lebrun, Jennifer Decker, Elliot Jenicot, Laurent Lafitte , Benjamin Lavernhe, Claire de La Rüe du Can, Didier Sandre, Rebecca Marder, Pauline Clément, Dominique Blanc, Julien Frison
Présentation : Chef-d’œuvre cinématographique dont le scénario est devenu un classique, "La Règle du jeu" entre au Répertoire dans une mise en scène de Christiane Jatahy. Cette artiste brésilienne, révélée en France en 2013, a présenté en mars 2016 une virtuose adaptation des Trois Soeurs de Tchekhov : What if they went to Moscow ? Elle travaille depuis ses débuts sur l’interaction entre théâtre et cinéma, sur les liens entre l’acteur et le personnage, la réalité et la fiction. Alliant cohérence dramaturgique et vivacité formelle, c’est à la suite de Jean Renoir – qui s’est inspiré des Caprices de Marianne de Musset et du Mariage de Figaro de Beaumarchais – qu’elle crée cette version théâtrale, s’affranchissant des frontières entre les disciplines pour en sublimer les codes. En scène et à l’écran, les comédiens sont au centre des opérations de connexion : profondeur de champ, déplacement des points de vue, la caméra capte des émotions, surprend des situations. « Nous dansons sur un volcan », disait le réalisateur au sujet de sa Fantaisie dramatique tournée en 1939. En prise avec les mutations de la société contemporaine, la metteure en scène orchestre, dans un même mouvement, la machinerie vaudevillesque et la dimension tragique de La Règle du jeu. En miroir du château du marquis de La Cheynaye, le plateau de la Salle Richelieu devient le lieu d’une mise en abyme du jeu, d’époques, de l’ici et maintenant.

Une Chambre en Inde
Du 05/11/2016 au 21/05/2017
Paris, La Cartoucherie, Théâtre du Soleil
Auteur : Ariane Mnouchkine
Mise en scène : Ariane Mnouchkine
Présentation : La nouvelle création collective du Théâtre du Soleil est un voyage dans le temps et les formes théâtrales qui ont jalonné le parcours d'Ariane Mnouchkine. Elle questionne le théâtre, son rôle et son avenir dans le monde, et la place de la femme dans nos sociétés. Joué, chanté, dansé, c'est un grand spectacle foisonnant qui emprunte au Terukkuttu, aux grands maîtres et à l'actualité