La Revue

L'analyse de groupe
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°25 - Page 13-14 Auteur(s) : Jean-Claude Rouchy, Jacqueline Falguière
Article gratuit

L'analyse de groupe est une forme de traitement analytique peu développée en France en comparaison des autres pays occidentaux, bien qu'il existe au sein des institutions de soin de nombreuses psychothérapies en groupe.

La dimension groupale est toujours présente dans la vie psychique de chacun d'entre nous. Nos personnages internes coexistent non seulement les uns à côté des autres, mais sont eux-mêmes organisés en une dynamique d'interactions, qui donnent sens à l'élaboration des sentiments et des pensées, ainsi qu'aux manifestations physiques par lesquelles les émotions prennent forme et s'expriment.

Il est utile de distinguer les groupes "primaires" et les groupes "secondaires" pour comprendre ces mécanismes par lesquels s'effectue le passage entre la réalité psychique et la réalité extérieure, dans l'espace transitionnel des groupes d'appartenance. Le groupe primaire est essentiellement le groupe familial, mais aussi selon les cultures, les groupes "naturels" auxquels celui-ci est relié ou qui le traversent. C'est au sein de cette matrice qu'une identité culturelle de groupe prend forme. Les groupes secondaires, souvent appelés "groupes d'appartenance" ont une fonction essentielle dans la socialisation par l'intériorisation des normes et des valeurs. Ce sont eux qui permettent ce travail de civilisation que désigne Sigmund Freud lorsqu'il parle de "culture", L'intériorisation et la socialisation sont renforcées par les groupes d'appartenance secondaire, délimitant les rapports à l'espace et au temps, donnant lieu à des rituels et à des cérémonies qui organisent les rapports primaires. C'est en ce sens qu'Elliot Jaques parle des organisations comme système de défense contre les angoisses primaires.

L'analyse de groupe est un dispositif qui doit être interrogé dans sa dimension singulière. Il est le lieu de la répétition et du déplacement du groupe primaire intériorisé par chaque patient sur ce nouveau groupe d"appartenance. C'est sur ces transferts que l'analyse va pouvoir se centrer. L'analyste a une double fonction, de maintien du cadre et d'un climat de confiance permettant l'expression, la participation à l'analyse des processus, et d'interprétation des résistances et des réseaux d'interactions défensifs actualisés dans le groupe. L'équilbre entre ces deux fonctions est déterminant dans l'instauration et l'évolution d'un processus analytique.

Si l'on se réfère aux deux fondateurs de l'analyse de groupe en Angleterre durant la 2nde guerre mondiale, dans la perspective de S.H. Foulkes, sa conception de "matrice de groupe" tend à rendre l'analyse du transfert moins essentielle. Dans la perspective de W.R. Bion, c'est ma tendance inverse qui domine permettant à la conflictualité de se développer au sein du groupe et ne favorisant en aucun façon une atmosphère fusionnelle.

C'est dans cette deuxième perspective que se situent les praticiens en France, car celle-ci conçoit clairement le groupe comme objet imaginaire. En effet le groupe n'existe pas en soi, il n'existe que par les individus qui le composent et qui rêvent, et par les liens, les alliances, les conflits qui mettent en scène ces rêves et ces fantasmes. Ce qui est dit du groupe n'est ps le groupe, et le groupe en tant  qu'entité est une image unifiante d'une réalité morcelée et conflictuelle, au sein de laquelle se manifestent les couplages, des sous-groupes, des oppositions, des tensions, des clivages.

Les représentations du dedans et du dehors référant au schéma corporel, sont l'indice des boites que J'on cherche à saisir comme étant celles d'une existence tangible du groupe. De fait, l'intérieur et l'extérieur sont en perpétuelle mouvance, la place même de l'analyste ne pouvant être située ni dehors ni dedans, indépendamment de la façon dont 11 est perçu, des protections, déplacements et transferts dont il est l'objet.


Dans ce dispositif d'analyse de groupe, les transferts peuvent se produire simultanément sur plusieurs personnes, en une recomposition des réseaux d'interactions familiaux. On peut les concevoir comme les connections entre les personnages internes qui sont a111si actualisés et dramatisés. Les processus d'identification, identification primaire et secondaire, identification projective trouvent ici un terrain privilégié de réactivation, apportant leur cortège de nouage et de dénouage Je liens dans un travail de deuil et de création permanent. Ce cadre de l'analyse de groupe en séances hebdomadaires ou bihebdomadaires permet d'envisager un éventail très large d'indications, selon la composition du groupe, et permet ainsi à des patients pour lesquels la cure Individuelle ou même une thérapie individuelle ne peut être envisagée d'accéder à l'analyse.