La Revue

Le psychodrame psychanalytique : L'école hongroise de psychodrame
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°102 - Page 31-32 Auteur(s) : Andras Vikar, Zsusa Mérei
Article gratuit

Grâce aux visites de certains collègues occidentaux tels que S. Lebovici, D. Widlöcher ou J. Lacan, les psychanalystes hongrois n'ont pas été complètement coupés de la scène internationale. Cela a permis à Ferenc Mérei de découvrir et faire découvrir le psychodrame de Moreno et le psychodrame psychanalytique français. Dans l'atmosphère étouffante des années 70, le psychodrame apparaissait à la fois comme une source de développement professionnel et une expérience de partage intensive. C'est en 1997 que nous avons organisé notre premier groupe de psychodrame à Paris. Pour l'école hongroise de psychodrame, la référence analytique va de pair avec un travail sur la dynamique des groupes. En dehors de notre pratique en Hongrie, nous organisons 5 week-ends de psychodrame par an à Paris. L'analyse des pratiques, le vendredi soir : elle s'adresse aux professionnels (psychologues, psychodramatistes, médecins, consultants) désirant s'interroger sur leur pratique dans le cadre d'un groupe pluridisciplinaire. Elle se fonde sur une utilisation du psychodrame associé à une approche de type Balint. A chaque rencontre, un thème est proposé comme point de départ qui s'articule ensuite aux questionnements des participants (cf article sur la formation). L'Atelier de psychodrame, groupe à objectif thérapeutique, se déroule sur 15 heures réparties entre le samedi et le dimanche. La participation dans le groupe est ouverte, en fonction du nombre de places disponibles. Les ateliers de psychodrame sont organisés en étapes successives dans le temps, ce qui permet aux processus intrapsychiques d'évoluer non seulement lors du travail de groupe, mais également après coup, pendant les laps de temps intermédiaires. De nombreux participants viennent sur recommandation de leur thérapeute. Dans ce cas, le contrat est clair : les événements psychodramatiques pourront être exploités par la suite également dans leur thérapie individuelle. Il arrive aussi que des praticiens expérimentés dans d'autres approches thérapeutiques rejoignent le groupe. Il leur sera possible d'y poursuivre une formation, et d'obtenir le titre de psychodramatiste reconnu par la FEPTO (Federation of European Psychodrama Training Organizations). Pour illustrer notre pratique, nous évoquerons brièvement une vignette clinique : Une participante, Ignese (38 ans), est parvenue, au cours de sa thérapie individuelle, à dépasser nombre d'angoisses et de manifestations de son complexe d'infériorité mais elle continue à souffrir, en société, de troubles végétatifs. Sa profession exigerait qu'elle intervienne régulièrement en public mais ses blocages l'empêchent d'assumer correctement sa tâche et elle prend des risques pour sa carrière. Elle éprouve des difficultés à s'intégrer dans le groupe : elle arrive en dernier et part la première. Au cours d'une séance, elle a des maux de tête, des vertiges, elle éprouve un malaise qui, au début du jeu, lui remet en mémoire une amnésie provoquée, à l'âge de dix ans, par un accident. Seuls les maux de tête et la sensation de vertige réapparaissent. Ses parents n'étaient pas avec elle et ce sont des étrangers qui l'ont emmenée à l'hôpital où elle a été incapable de prononcer un mot. Dans la situation qu'elle a mise en scène, ses parents, au moment de l'accident, s'occupaient de sa petite sour. En jouant le rôle de son père, elle arrive en courant pour emmener Ignese lui-même à l'hôpital. Dans son propre rôle, elle lui reproche vivement d'être affectivement exclue de la famille au profit de sa sour. Par les changements successifs de rôles, elle finit par comprendre son père, l'accepter, l'excuser et à assumer la situation avec sérénité. Ainsi, par le jeu psychodramatique et par l'espace transitionnel de la scène, Ignese retrouve l'objet original. L'externalisation de l'objet interne lui permet de reconsidérer sa relation à l'objet, d'opérer une réconciliation puis, dans la phase d'intégration qui suit le jeu, de le réinternaliser.